Accueil Observer les pays Yémen : Le contexte économique

drapeau Yémen Yémen : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Le Yémen est impliqué dans un conflit depuis le début de 2015. Depuis de nombreuses années, pays le plus pauvre du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA), il traverse actuellement la pire crise humanitaire au monde. Le Yémen a des carences structurelles et le conflit actuel qui aggrave la situation. Les combats ont détruit son économie. La guerre a essentiellement éliminé les exportations du Yémen, affaibli la monnaie nationale, freiné l'inflation, limité les importations de nourriture et de carburant et endommagé les infrastructures. La guerre a également conduit à une crise humanitaire qui comprend un million de cas de choléra (la plus grande épidémie au monde). L'ONU a estimé que 24,3 millions de personnes étaient «exposées» à la faim et à la maladie en 2020, dont environ 14,4 millions avaient un besoin urgent d'assistance. L'économie du Yémen a diminué de 16,7% en 2015, pour s'améliorer progressivement depuis cette date. En 2019, on estimait que le PIB avait augmenté de 2,1%. En 2020, la situation précaire a été aggravée par la crise économique mondiale due à la pandémie de Covid-19. Selon les prévisions d'avril 2021 du FMI, la croissance du PIB est tombée à -5% en 2020, mais devrait rebondir à 0,5% en 2021 et 2,5% en 2022, sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique.
En novembre 2019, un accord de paix a été conclu entre le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du Sud, prévoyant la création d'un nouveau cabinet à représentation égale. L'ONU espérait que l'accord ouvrirait la voie à une solution politique pour mettre fin à la guerre civile, mais en janvier 2020, il y a eu une soudaine escalade des hostilités.

Depuis le déclenchement du conflit, le Yémen a perdu près de 50% de son PIB. La production et l'exportation d'hydrocarbures ont été en grande partie suspendues, ainsi que les investissements. Dans le même temps, les faibles réserves de change ont considérablement réduit les capacités d'importation du Yémen, provoquant une pénurie de nourriture, de médicaments et de carburant. Le déficit public du pays - estimé à 83,2% du PIB en 2020 - en l’absence d’une contribution adéquate des bailleurs de fonds internationaux, pourrait être financé par des méthodes inflationnistes. Le déficit budgétaire s'est établi à -9,2% en 2020, avec une baisse prévue à -6% en 2021. L'inflation a été élevée ces dernières années, atteignant 26,2% en 2020 suite aux répercussions économiques de la pandémie de Covid-19, et devrait passer à 30,6% en 2021 avant de revenir à 19,2% en 2022 (Perspectives de l'économie mondiale du FMI avril 2021). La dette publique a atteint 81,7% en 2020, elle est estimée à 79,3% en 2021 et devrait légèrement baisser à 78,4% en 2022.
L'absence d'un secteur privé dynamique a conduit à un sous-emploi chronique et à un important secteur informel depuis le début de la guerre. Les perspectives économiques et sociales pour 2021 et au-delà dépendront d'améliorations rapides sur les fronts politique et sécuritaire et, en fin de compte, d'une paix durable pour reconstruire l'économie.

Les retombées de la pandémie de Covid-19 ont gravement affecté l'économie du Yémen, exacerbant l'extrême fragilité de la population. Une enquête menée par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a montré que les ménages avaient les moyens d'acheter de la nourriture au début de la pandémie en mars 2020. Par la suite, les prix des denrées alimentaires dans le Sud et les prix des carburants dans le Nord ont augmenté et fin 2020, environ 40% des ménages ont déclaré une consommation médiocre ou limite. En outre, quelque 20,5 millions de Yéménites sont sans eau potable ni assainissement et 19,9 millions sans soins de santé adéquats (Banque mondiale). En outre, le Yémen se classe 177e dans les rapports sur le développement humain du PNUD et 177e sur 180 pays dans l'indice de perception de la corruption 2019 de Transparency International avec un score de 15/100.

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 21,89e18,8419,4720,0221,37
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,4e-8,5-2,01,07,0
PIB par habitant (USD) 692e580585587613
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 76,584,273,563,153,9
Taux d'inflation (%) 12,023,1e40,731,518,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,85-1,10e-1,71-1,94-2,90
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,9-5,9e-8,8-9,7-13,6

Source : FMI - World Economic Outlook Database - October 2021.

Note : (e) Donnée estimée


 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Riyal du Yémen (YER) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 21,9122,1722,8951,3578,03

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Les principaux secteurs économiques

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 27,5 10,2 62,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 5,0 35,6 16,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -2,8 -2,3 -2,8

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Yemen" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

La population active en chiffres

201820192020
Population active 6.561.7776.793.4686.956.391

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 
201720182019
Taux d'activité total 38,97%39,19%39,39%
Taux d'activité des hommes 71,41%71,84%72,21%
Taux d'activité des femmes 6,26%6,27%6,29%

Source : International Labour Organization, ILOSTAT database

 

Retour vers le haut

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
53,7/100
Classement :
Quasiment administré
Rang mondial :
133/178
Rang régional :
13/15

Liberté Economique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
169/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les principaux journaux on-line et autres portails
Journaux du Yémen en ligne
Journaux et sites Internet du Yémen
Informations du Yémen
Profil pays de la BBC, Yémen
Les ressources utiles
Ministère des finances du Yémen
Banque Centrale
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Février 2022