S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Russie : Contexte politico-économique

drapeau Russie Russie : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

Le 24 février 2022, la Russie a déclenché un conflit militaire sur le territoire ukrainien, ce qui bouleverse profondément le contexte politique actuel dans les deux pays et aura des ramifications politiques et économiques importantes. Pour les mises à jour en cours sur l'évolution du conflit russo-ukrainien, veuillez consulter les pages dédiées sur Le Monde.

Les dernières informations spécifiques sur les sanctions économiques contre la Russie en réponse au conflit en Ukraine sont disponibles ci-dessous :
Quelles sanctions économiques ont été prises contre la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine
Le point sur les sanctions internationales à l’encontre de la Russie

Après une forte reprise après la récession provoquée par le COVID-19, l'économie russe s'est à nouveau contractée en 2022 (-2,1 %), dans le contexte de la guerre en Ukraine et des sanctions économiques imposées par les pays occidentaux qui en ont découlé (FMI). En 2023, cependant, la croissance du PIB du pays a été plus forte que prévu, atteignant un taux estimé à 2,2 % dans le cadre d'un soutien budgétaire substantiel. En raison du resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale de Russie, qui est susceptible de freiner la demande intérieure, les perspectives du FMI indiquent un taux de croissance plus faible cette année (1,1 %), avec une nouvelle baisse à 1 % en 2025 (1,3 % et 0,9 %, respectivement, selon la Banque mondiale). En général, la dépendance de la Russie à l'égard des importations n'est pas très importante, mais certains secteurs sont très exposés, notamment la fabrication de matériel de transport, les produits chimiques, les produits alimentaires et les services informatiques. Les sanctions limitant l'accès aux intrants occidentaux ont eu un impact négatif sur ces secteurs, ce qui a incité à rechercher des substituts dans d'autres pays tels que la Chine, le Belarus et la Turquie, et à autoriser les importations parallèles.

En ce qui concerne les finances publiques, le déficit du budget fédéral de la Russie s'est élevé à 1,9 % du PIB du pays en 2023, soit 3,24 billions RUB (environ 36,1 milliards USD), selon les données préliminaires du ministère russe des Finances. Le volume des dépenses du budget fédéral s'est élevé à 32,36 billions de roubles, soit une augmentation de 4 % en glissement annuel. D'autre part, les recettes se sont élevées à 32,36 billions RUB (+4,7 % en glissement annuel), les recettes non pétrolières et gazières atteignant 20,30 billions RUB, soit une augmentation de 25 %, tandis que les recettes budgétaires pétrolières et gazières ont chuté de 23,9 % pour s'établir à 8,82 billions RUB. Le budget 2024 prévoit une augmentation remarquable des dépenses, qui atteindront 36,6 billions RUB en 2024, avec un déficit attendu de 1,595 billions RUB. Au 31 décembre 2023, la dette extérieure de la Fédération de Russie s'élevait à 326,6 milliards USD, soit une diminution de 57,0 milliards USD ou 14,9 % par rapport à la fin de 2022, selon les estimations de la Banque de Russie. Cette baisse est principalement due à la réduction des engagements de divers secteurs, y compris les prêts contractés dans le cadre d'accords d'investissement direct. La diminution rapide de l'endettement des administrations publiques a été influencée par une réduction du volume des titres de la dette souveraine russe. Le ratio dette/PIB a été estimé à 21,2 % en 2023 par le FMI et devrait rester relativement stable au cours de la période de prévision. Afin d'éviter que l'inflation ne devienne incontrôlable, la banque centrale russe a relevé les taux d'intérêt à environ 16 % ; le taux d'inflation est toutefois resté relativement élevé en 2023 (5,3 %), compte tenu des mesures de relance du gouvernement. La baisse des prix du pétrole et du gaz tout au long de l'année 2023 a considérablement réduit la demande de roubles russes. En conséquence, la monnaie a subi une dépréciation de 30 % par rapport à l'USD depuis la fin novembre 2022, ce qui a coïncidé avec la mise en œuvre de l'embargo pétrolier de l'Occident et du plafonnement des prix.

Les inégalités sociales restent importantes, notamment entre les grandes villes et les zones rurales : seul 1 % de la population possède environ 70 % des actifs privés. Malgré l'émergence d'une classe moyenne urbaine, le taux de pauvreté se maintient autour de 14,3 % (Rosstat, janvier-mars 2023). Selon les estimations du FMI, le taux de chômage a baissé à 3,3 % en 2023, contre 3,9 % un an plus tôt. Il devrait baisser légèrement à 3,1 % cette année avant de remonter à 3,5 % en 2025 dans un contexte de croissance économique réelle plus faible.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 2.272,261.997,032.056,842.090,522.117,24
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -1,23,63,21,81,3
PIB par habitant (USD) 15.48813.64814.39114.65914.884
Solde des finances publiques (en % du PIB) -1,3-2,5-2,3-1,5-0,6
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 18,519,720,821,922,8
Taux d'inflation (%) 13,85,96,94,54,0
Taux de chômage (% de la population active) 3,93,23,13,23,5
Balance des transactions courantes (milliards USD) 238,0450,5755,8357,1559,34
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 10,52,52,72,72,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

Malgré sa grande superficie, la Russie dispose de relativement peu de terres arables en raison de conditions climatiques défavorables. Le pays possède néanmoins 10 % de la surface agricole mondiale et est l'un des principaux exportateurs de céréales. Les régions du nord du pays se consacrent principalement à l'élevage, tandis que les régions du sud et la Sibérie occidentale produisent des céréales. L'agriculture contribue à hauteur de 3,9 % au PIB national et emploie environ 6 % de la population active totale. Selon Rosstat, en 2023, la récolte de céréales s'élèvera à 142,6 millions de tonnes, dont 92,8 millions de tonnes de blé. La même année, la Russie a vendu pour 43 milliards USD de produits agricoles, soit 14 % de plus que la saison précédente. Les principaux moteurs de la croissance ont été les céréales et les légumineuses, les huiles végétales, le lait en poudre, les oléagineux et la viande.

L'industrie représente 32,8 % du PIB de la Russie et emploie 27 % de la main-d'œuvre. Le secteur industriel russe se caractérise par la diversité de ses industries et de ses ressources. Les secteurs clés comprennent l'énergie, la Russie étant l'un des principaux producteurs mondiaux de pétrole, de gaz naturel et de charbon. En outre, le pays dispose d'un secteur manufacturier robuste, en particulier dans les industries lourdes telles que la métallurgie, les machines et l'aérospatiale. L'industrie automobile occupe également une place importante dans la production industrielle russe. Les secteurs émergents comprennent la technologie et l'innovation, avec un accent sur des secteurs tels que les technologies de l'information, la biotechnologie et la nanotechnologie. Le secteur industriel russe fait l'objet d'efforts de modernisation visant à améliorer l'efficacité, la productivité et la compétitivité sur le marché mondial. La croissance de la production industrielle russe était de 3,5 % en glissement annuel en 2023, les industries telles que le mobilier, les ordinateurs, les produits électroniques et optiques, les véhicules à moteur et la pharmacologie enregistrant les meilleures performances (Rosstat).

Le secteur des services emploie 67 % de la population et génère 54 % du PIB.Les secteurs dominants sont la finance et la banque, Moscou étant un centre financier de premier plan dans la région.Le commerce de détail et de gros joue un rôle important.L'industrie du tourisme est également importante, bien qu'elle ait été entravée par la pandémie de COVID-19 et le conflit avec l'Ukraine.Les secteurs émergents comprennent les technologies de l'information (TI) et les services numériques, la Russie cherchant à tirer parti de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses capacités technologiques.En outre, les services de santé et d'éducation font l'objet d'une attention croissante, le gouvernement cherchant à améliorer l'accès et la qualité dans ces domaines.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 5,8 26,9 67,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 3,9 32,8 54,0
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 6,7 -0,2 -2,3

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
61,5/100
Rang mondial :
92
Rang régional :
42

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.72/10
Rang mondial :
60/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Vladimir Vladimirovitch Poutine (depuis le 7 mai 2012 ; réélu le 18 mars 2018) - Russie Unie
Premier ministre : Mikhaïl Mishustin (depuis le 16 janvier 2020) - Russie Unie
Les prochaines élections
Présidentielle : mars 2024
Douma d'État : septembre 2026
Le contexte politique actuel
Le 24 février 2022, la Russie a déclenché un conflit militaire sur le territoire ukrainien, ce qui bouleverse profondément le contexte politique actuel dans les deux pays et aura des ramifications politiques et économiques importantes. Pour les mises à jour en cours sur l'évolution du conflit russo-ukrainien, veuillez consulter les pages dédiées sur Le Monde.

Vladimir Poutine, au pouvoir depuis 18 ans, a entamé un nouveau mandat présidentiel de six ans en mai 2018. Dans la continuité de son précédent mandat, il met en avant les valeurs conservatrices, l'anti-occidentalisme et le nationalisme des grandes puissances. En 2020, en pleine pandémie de COVID-19, Poutine convoque un référendum qui valide des changements constitutionnels lui permettant de se représenter en 2024 et de rester potentiellement au pouvoir jusqu'en 2036.
Après une rhétorique de plus en plus hostile et un renforcement militaire prolongé en 2021, la Russie envahit l'Ukraine le 24 février 2022. Les pays occidentaux ont adopté une série de sanctions sans précédent visant à plonger l'économie russe dans une profonde récession et à isoler le pays du reste du monde. Alors que les forces russes sont en perte de vitesse sur le champ de bataille, Poutine ordonne une mobilisation partielle et intensifie les attaques contre les infrastructures critiques de l'Ukraine. En janvier 2023, un nouveau commandant militaire, Valery Gerasimov, est nommé (The Economist). Les sanctions ont poussé la Russie à renforcer sa collaboration économique avec ses partenaires, notamment le Belarus, l'Iran, la Turquie et la Chine. En 2023, des centaines de milliers de citoyens, principalement des jeunes hommes, ont fui le pays après l'annonce d'une mobilisation partielle. Cela a conduit à un exode massif de Russes à travers la frontière vers les pays voisins tels que la Géorgie, la Finlande, le Kazakhstan et la Mongolie, dans le but d'échapper à la conscription.
Le 23 juin 2023, le groupe Wagner, une organisation paramilitaire financée par le gouvernement russe, a déclenché une rébellion à la suite d'une escalade des tensions entre le ministère russe de la Défense et le chef du groupe Wagner, Yevgeny Prigozhin. Une résolution de ce conflit a été trouvée entre les deux parties le jour suivant. Après l'accident d'avion fatal qui a coûté la vie à Evgeniy Prigozhin, le président Vladimir Poutine - qui a déclaré que les suggestions occidentales selon lesquelles Prigozhin avait été tué sur ses ordres étaient un "mensonge absolu" - a demandé aux combattants de Wagner de prêter allégeance à l'État russe.
La nouvelle élection présidentielle se tiendra du 15 au 17 mars 2024. En novembre 2023, Boris Nadezhdin, ancien membre de la Douma d'État, est devenu le premier candidat soutenu par un parti politique enregistré à annoncer sa candidature, sur la base d'un programme anti-guerre. Par la suite, Leonid Slutsky du LDPR, Nikolay Kharitonov du Parti communiste, Vladislav Davankov du Nouveau Peuple, Sergey Malinkovich des Communistes de Russie et d'autres ont déclaré leur candidature plus tard au cours du même mois. Cependant, le 8 février 2024, lors de la session de la CEC, le seul candidat anti-guerre, Boris Nadezhdin, a été disqualifié pour se présenter contre Poutine lors de l'élection en raison d'irrégularités présumées dans les signatures des électeurs soutenant sa candidature. Malinkovich a fait l'objet d'une disqualification similaire pour la même raison, de sorte qu'il ne restait plus que quatre candidats sur le bulletin de vote.

Les principaux partis politiques
En Russie, les pouvoirs de l'exécutif ont été considérablement accrus par l'adoption d'une nouvelle constitution en 1993. L'appareil politique est très majoritairement entre les mains du parti Russie Unie. Si les partis d'opposition sont autorisés, ils n'ont que peu de chances d'exercer un réel pouvoir. Les principaux partis sont les suivants

Russie Unie : centriste, reste le parti le plus important et apparemment le plus populaire en Russie, se déclare axé sur le "conservatisme russe".
Parti communiste de la Fédération de Russie (PCFR) : parti de gauche, cherche à instaurer un socialisme moderne.
Russie Juste (CP) : centre-gauche, allié de Russie unie
- Parti libéral démocratique de Russie (LDPR) : extrême droite, s'oppose au communisme et au capitalisme, se décrit comme centriste, parti politique nationaliste d'extrême droite.
Nouveau Peuple : libéral, centriste.
La nature de l'Etat
La Russie est une république fédérale.
Le pouvoir exécutif
Le Président est le chef de l'État. Il est élu au suffrage universel pour six ans. Il est le commandant en chef de l'armée et le véritable centre du pouvoir dans le pays. Le Premier ministre est le chef du gouvernement. Il est nommé par le Président, avec l'approbation de la chambre basse du Parlement, et gère les affaires courantes du pays.
Le pouvoir législatif
La Russie dispose d'un pouvoir législatif bicaméral. Le Parlement, appelé Assemblée fédérale, est composé du Conseil de la Fédération (chambre haute), qui compte 170 sièges et dont les membres sont nommés par les gouverneurs régionaux et les institutions législatives, pour un mandat de quatre ans, et de la Douma d'État (chambre basse), qui compte 450 sièges et dont les membres sont élus au suffrage universel direct sur des listes partisanes, pour un mandat de quatre ans. La Douma d'État compte désormais trois représentants de la "République de Crimée", tandis que le Conseil de la Fédération compte deux représentants de la "République de Crimée" et de la "Ville fédérale de Sébastopol", deux régions que la Russie a occupées et tenté d'annexer à l'Ukraine.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
150/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7
Libertés individuelles :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Russia, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2024