Accueil Observer les pays Royaume Uni : Investir

drapeau Royaume Uni Royaume Uni : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir au Royaume Uni | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le World Investment Report 2021 publié par la CNUCED, les entrées d'IDE au Royaume-Uni ont diminué pour la deuxième année consécutive, atteignant 20 milliards de USD en 2020, contre 45 milliards de USD en 2019 (-57%). Les investissements en actions ont diminué de 35 %, principalement en raison de certains désinvestissements (par exemple, Swiss Re a vendu son groupe ReAssure à Phoenix Group Holding pour 4,2 milliards de dollars). Le stock d'IDE en 2020 était d'environ 2,2 milliards de dollars. Le Royaume-Uni était le 16e plus grand bénéficiaire des flux mondiaux d'IDE, perdant cinq positions par rapport à l'année précédente. Le processus du Brexit a suscité de nombreuses inquiétudes chez certains investisseurs concernant l'augmentation des coûts commerciaux avec l'Europe et la volatilité de la livre sterling. Les principaux partenaires d'investissement du Royaume-Uni (en termes de stocks d'IDE) sont les États-Unis, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et les îles offshore britanniques (îles anglo-normandes et île de Man). La plupart des flux d'IDE sont dirigés vers le secteur des services financiers, les services professionnels, scientifiques et techniques, le commerce de détail et de gros, le transport et le stockage, et le secteur informatique. Selon les derniers chiffres de l'OCDE, au premier semestre 2021, les entrées d'IDE au Royaume-Uni se sont élevées à 45,5 milliards de USD, contre un désinvestissement de 1,8 milliard de USD enregistré au cours de la même période un an plus tôt (lorsqu'un afflux négatif de 18 milliards de USD avait été enregistré au seul T2/2020, suite à l'apparition de la pandémie de COVID-19).

Le Royaume-Uni a modifié les fondements juridiques sur lesquels le gouvernement peut intervenir dans certaines fusions en vertu de l'Enterprise Act. Les changements ont abaissé les seuils juridictionnels pour l'examen des fusions dans trois secteurs spécifiques : l'intelligence artificielle, la technologie d'authentification cryptographique et les matériaux de pointe. La National Security and Investment Act 2021 (« NSIA 2021 ») du Royaume-Uni est entrée en vigueur le 4 janvier 2022. La nouvelle loi a introduit un régime distinct de filtrage des investissements pour les entreprises cherchant à prendre le contrôle d'une entreprise ou d'un actif dans 17 secteurs de l'économie jugés pertinents. aux intérêts de sécurité nationale du Royaume-Uni (par exemple, l'énergie, la robotique, la défense, l'IA, les transports, les communications, etc.). Le processus de notification impliquera une soumission électronique à l'Investment Security Unit ("ISU") du Department for Business, Energy & Industrial Strategy ("BEIS"), qui a le pouvoir d'imposer des conditions aux transactions et même de dénouer ou de bloquer eux. Malgré le processus du Brexit, l'économie britannique résiste : Londres reste la capitale financière de l'Europe, abritant le siège européen de près de 60 % des entreprises du classement Fortune 500. De plus, la Grande-Bretagne maintient une monnaie forte et le pays reste l'un des marchés de consommation européens les plus importants. Le Royaume-Uni était huitième sur 190 économies dans le dernier classement Doing Business établi par la Banque mondiale, gagnant une position par rapport à l'édition précédente.

 
Investissement Direct Etranger 201820192020
Flux d'IDE entrants (millions USD) 65.29945.45419.724
Stocks d'IDE (millions USD) 1.930.4842.045.0592.206.202
Nombre d'investissements greenfield* 1.5501.5371.010
Value of Greenfield Investments (million USD) 38.84936.07836.042

Source : CNUCED, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES STOCKS D'IDE PAR PAYS ET PAR SECTEURS D'ACTIVITE'

Les pays investisseurs 2019, en %
Etats-Unis 24,0
Pays-Bas 10,0
Luxembourg 8,0
Belgique 7,0
Îles offshore du Royaume-Uni 7,0
Japon 5,0
Allemagne 5,0
France 4,0
Les secteurs investis 2019, en %
Service financier 24,0
Services professionnels, scientifiques et techniques 9,0
Commerce de gros et de détail, réparation de véhicules motorisés et de motos 7,0
Transport et stockage 6,0
Information et communication 6,0
Mines et carrières 6,0
Electricité, gaz, eau et traitement des déchets 5,0

Source : Office nationale des statistiques (ONS) - Dernières données disponibles.

 
Les principaux investisseurs
De nombreuses sociétés du Royaume Uni ont été achetées par des sociétés étrangères : Chivas Brothers par Pernot Ricard (France), Aggregate Ind par Holcim (Suisse), Paladin Ressouces par Talisman Energy (Canada), Body Shop par L'Oréal (France). Cadbury, Jaguar Land Rover et Asda sont parmi les autres grands noms britanniques détenus par des sociétés étrangères.
Les sources statistiques
Département de la stratégie commerciale, énergétique et industrielle
Office des statistiques nationales

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir au Royaume Uni

Les points forts

L'un des principaux atouts de l’économie britannique quant à l’attraction d’IDE réside dans le fait que son économie est l’une des plus libérales d’Europe et son environnement d’affaires leur est extrêmement favorable:

  • Le pays figure au 8ème rang du guide Doing Business 2020 de la Banque mondiale.
  • La vitesse de lancement d’une activité en est par exemple un très bon indicateur : implanter une entreprise prend en moyenne 13 jours au Royaume-Uni alors que la moyenne européenne est de 32 jours. Selon cet indicateur, le pays est classé à la première place en Europe et à la sixième place dans le monde.
  • La ville de Londres a de nombreux atouts : elle fait figure de leader mondial dans le secteur des services financiers, son secteur bancaire est sain et robuste,
  • Les exportations sont structurellement compétitives et diversifiées,
  • Le cadre légal du travail est parmi les plus flexibles au monde
  • Enfin le taux du chômage est l’un des plus faibles des économies occidentales.
Les points faibles

Les principales faiblesses du pays sont :

  • Une trop grande influence du secteur financier dans le PIB ;
  • Un manque d'investissement dans les infrastructures ;
  • Un secteur industriel qui souffre parfois du haut niveau de compétitivité et de concurrence imposé par les nombreuses entreprises étrangères présentes ;
  • La croissance de la productivité est très faible,
  • Dette publique et des ménages élevée (131% du revenu disponible), déficit de la balance commerciale est élevé ;
  • Le PIB/habitant stagne depuis quelques années déjà ;
  • Enfin, les perspectives d'amélioration de l'économie britannique sont difficiles à mesurer dans le contexte post-Brexit
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le gouvernement britannique tente de faciliter l'investissement en donnant aux entreprises étrangères l'accès à des marchés largement intégrés.  Des politiques proactives favorisent l'investissement international par l'efficacité administrative afin de promouvoir l'innovation et d'atteindre une croissance durable. Le gouvernement britannique est un ardent défenseur des droits de toutes les entreprises britanniques, quelle que soit leur nationalité ou celle de leurs propriétaires.

Un certain nombre de subventions et d'autres formes de soutien aux entreprises sont disponibles au Royaume-Uni, notamment en ce qui concerne les activités de recherche et de développement menées par les entreprises. Si les dépenses admissibles sont encourues par des petites et moyennes entreprises, l'allégement fiscal est généralement une déduction supplémentaire de 130 %.
Les sociétés qui engagent des dépenses en capital pour des installations ou des équipements destinés à la recherche et au développement peuvent bénéficier d'une déduction en capital de 100 %.
Le dégrèvement de la Patent Box permet aux entreprises ayant des revenus de brevets admissibles d'être imposées sur ces revenus à un taux effectif de 10 % par le biais d'une déduction sur les bénéfices.
Il existe également un allégement fiscal pour les entreprises qui s'installent dans une zone d'entreprises (jusqu'à 55 000 £ par an pendant cinq ans).  En outre, des déductions en capital de 100 % sont disponibles pour la première année pour certains types de dépenses des entreprises et des sociétés basées dans certaines zones d'entreprises.

Le Royaume-Uni offre un environnement accueillant pour les investisseurs étrangers, avec des restrictions de participation au capital dans un nombre limité de secteurs couverts par les indicateurs "Investir dans les différents secteurs". La loi sur l'industrie (1975) permet au gouvernement britannique d'interdire le transfert de 30 % ou plus des grandes entreprises manufacturières britanniques à des propriétaires étrangers si ce transfert est contraire aux intérêts du pays.
Une nouvelle loi visant à moderniser les pouvoirs du gouvernement en matière d'enquête et d'intervention dans les cas d'investissements directs étrangers potentiellement hostiles qui menacent la sécurité nationale du Royaume-Uni est entrée en vigueur en mai 2021. La loi sur la sécurité nationale et les investissements renforcera la capacité du Royaume-Uni à enquêter et à intervenir dans les fusions, acquisitions et autres types d'opérations susceptibles de menacer notre sécurité nationale. Les investissements entraînant une participation étrangère dépassant 15% dans les entreprises de 17 secteurs liés à la sécurité nationale nécessitent une notification obligatoire au gouvernement britannique.

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site web de Invest in Great Britain and Northern Ireland.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par le Royaume Uni
La Grande-Bretagne a conclu several traités d'investissement bilatéraux (TIB) avec d'autres pays. Vous trouverez plus d'informations sur le site Internet de la CNUCED. 
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. Le Royaume-Uni est impliqué dans 87 affaires en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 1 affaire en tant qu'État défendeur.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICCWBO , Cour internationale d'arbitrage, Chambre de commerce internationale
ICSID , Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
Le Royaume-Uni est membre de la convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Royaume Uni OCDE Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 10,0 6,5 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 7,0 5,3 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 8,0 7,3 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
A quelques exceptions près, le Royaume-Uni ne fait aucune discrimination entre les ressortissants britanniques et les personnes étrangères dans la formation et la gestion des entreprises privées. Certaines industries sont partiellement détenues ou contrôlées par l'État, par exemple les secteurs des transports et de l'énergie. De même, les entreprises bancaires et d'assurance doivent obtenir l'autorisation de la Financial Services Authority et du gouvernement avant d'exercer leurs activités au Royaume-Uni. Il n'existe pas de lois ou de règles limitant la propriété et les investissements étrangers au Royaume-Uni. Néanmoins, qu'elles soient étrangères ou britanniques, les entités qui cherchent à investir doivent respecter le droit de la concurrence, et une autorisation réglementaire peut être requise pour l'acquisition de grandes entités britanniques par des investisseurs.
La réglementation concernant les prises de participation
Au Royaume-Uni, détenir la majorité des intérêts du capital d'une société locale est légal. Selon le marché concerné, il pourrait y avoir des restrictions réglementaires à la propriété étrangère d'actions dans des sociétés britanniques, bien que le Royaume-Uni ait traditionnellement appliqué un régime relativement libéral.
Les obligations de déclaration
La loi sur les entreprises de 2002 régit le régime d'examen des investissements étrangers au Royaume-Uni. Les motifs d'intervention comprennent les affaires d'intérêt public (article 42), les affaires spéciales d'intérêt public (article 59) et la protection des intérêts légitimes (article 67 et article 21, paragraphe 4, du règlement sur les concentrations). Le projet de loi 2019-20 sur la sécurité nationale et l'investissement renforcera les pouvoirs du gouvernement en matière d'examen des investissements, en particulier ceux qui peuvent présenter un risque pour la sécurité nationale.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Companies House.
Demande d'autorisation spécifique
Certaines industries sont partiellement détenues ou contrôlées par l'État, par exemple les secteurs des transports et de l'énergie. De même, les entreprises bancaires et d'assurance doivent obtenir l'autorisation de la Financial Services Authority et du gouvernement avant d'exercer leurs activités au Royaume-Uni.

Plus d'informations sur la page "Foreign Investment in the United Kingdom" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Instant Offices, Flexi Offices
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Il n'existe aucune restriction à la propriété ou à l'occupation étrangère de biens immobiliers au Royaume-Uni. Toutefois, quelques formalités s'appliquent lorsqu'une société étrangère cherche à enregistrer un titre de propriété légal auprès du HM Land Registry.
Les risques d'appropriation
L'expropriation des actifs d'une société ou la nationalisation d'une industrie requiert une Loi spéciale du Parlement. Dans le cas d'une nationalisation, le gouvernement britannique suit le droit international coutumier, fournissant une compensation prompte, adéquate et effective.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Le ministère du commerce international de la  Ministère de l'Industrie et du Commerce propose ses services pour informer les sociétés étrangères au sujet des aides pour s'installer en Grande Bretagne. Des zones pour sociétés ont été créées pour encourager le développement industriel et commercial. Ces zones permettent aux sociétés de bénéficier d'exemptions de taxes. Les entreprises peuvent contacter le département de la stratégie commerciale, énergétique et industrielle pour obtenir plus de détails concernant les différentes régions.
Il existe un certain nombre de subventions et d'autres formes d'aide disponibles pour les entreprises au Royaume-Uni. Les principales formes d'aide sont l'allégement fiscal pour les investissements en R&D et le Patent Box Relief.
Les domaines privilégiés
Services, R&D.
Les zones géographiques privilégiés
Le 16 novembre 2020, le gouvernement britannique a ouvert la procédure d'appel d'offres pour la création d'au moins sept nouveaux Freeports. Les premiers sont prévus pour 2021, dans le cadre d'au moins dix projets à travers le Royaume-Uni. Il s'agit d'une stratégie post-Brexit visant à stimuler l'économie et à créer des milliers d'emplois.
Les Freeports sont un type particulier de port où les règles fiscales et douanières normales ne s'appliquent pas. Il peut s'agir aussi bien d'aéroports que de ports maritimes. Les ports francs sont similaires aux zones franches, ou "zones d'entreprises", qui sont des zones désignées soumises à un large éventail d'exigences réglementaires spéciales, d'allégements fiscaux et d'aides gouvernementales.
Les zones franches

Le Royaume-Uni offre les zones de libre-échange suivantes :

  • Liverpool Free Zone
  • Prestwick Airport Free Zone
  • Port of Sheerness Free Zone
  • Southampton Free Zone
  • Port of Tilbury Free Zone
Organismes d'aides publiques et de financement
Invest UK
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Production de charbon, les services financiers, les services aux entreprises, les industries aérospatiale, chimique, pharmaceutique et automobile.
Les secteurs à fort potentiel
Les énergies renouvelables, les technologies de l’information et de la communication, les industries créatives (musique, cinéma, théâtre, design, etc.), ou encore l'industrie du luxe et la distribution. Pour plus d'informations, cliquez ici.
Les programmes de privatisation
Depuis le grand programme de privatisation des années 1980 par le gouvernement Margaret Tchatcher aucun nouveau programme conséquent n'a vu le jour.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Service gouvernemental des appels d'offres, Service gouvernemental des appels d'offres
Tenders Info, Appels d'offres au Royaume-Uni
DgMarket, Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
L'économie britannique est l'une des plus libérales du monde. Cependant, le gouvernement conserve différents niveaux de contrôle sur certains secteurs, notamment les transports, l'énergie, les soins de santé, la défense et les médias.

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Ministère du Commerce international
Invest in Great (Soutien aux exportateurs et aux investisseurs étrangers)
Les autres ressources utiles
Guide Invest in Great Britain (PwC Royaume-Uni)
Plateforme Invest in UK
SmallBusiness.co.uk (Plateforme de conseils et de ressources pour les entrepreneurs individuels et les petites entreprises)

Les guides de l'investisseur
Profil du pays - Royaume-Uni (KPMG) (en anglais)
Rapport pays sur le Royaume-Uni (Euler Hermes) (en anglais)
Rapport Doing Business sur le Royaume-Uni (Banque Mondiale) (en anglais)
Economie du Royaume-Uni en un coup d’œil (OCDE) (en anglais)
Guide Deloitte des taxes - Royaume-Uni (en anglais)
Faire des affaires au Royaume-Uni - UHY (en anglais)
 
 
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

Plus d'informations sur la page "Investing in the United Kingdom" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2022