S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Nouvelle-Zélande : Investir

drapeau Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir en Nouvelle-Zélande | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les opportunités d'investissement

 

Les IDE en chiffres

Les flux mondiaux d'investissement direct étranger (IDE) ont montré un fort rebond en 2021, en hausse de 77 % pour atteindre environ 1 650 milliards de USD, contre 929 milliards en 2020, dépassant leur niveau d'avant la pandémie. Les flux d'IDE dans les pays en développement ont augmenté de 30 %, mais près des trois quarts de l'augmentation totale des IDE mondiaux (500 milliards de dollars) ont été enregistrés dans les économies développées, les économies en développement affichant une croissance de reprise plus modeste (CNUCED, janvier 2022).

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2021 de la CNUCED, la Nouvelle-Zélande a reçu 4,2 milliards de USD d'entrées d'IDE en 2020, à un niveau pratiquement inchangé par rapport aux niveaux de 2019 (4,3 milliards de USD), malgré la crise économique mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. Le stock d'IDE entrants en Nouvelle-Zélande a été estimé à 91,5 milliards de USD en 2020. Les entrées d'IDE sont motivées par une économie ouverte et favorable aux entreprises, de faibles niveaux de corruption, une bonne protection des droits de propriété, un niveau de vie élevé, une stabilité politique et une politique fiscale avantageuse. La plupart des entrées d'IDE arrivent du Canada, d'Australie, de Hong Kong, du Japon et des îles Caïmans ainsi que des États-Unis, les investissements étant centrés sur le secteur des services et la fabrication.

L'Overseas Investment Office (OIO) est l'organisme de réglementation responsable de l'administration de l'Overseas Investment Act 2005 (OIA), la loi qui réglemente les investissements par des investisseurs étrangers dans des actifs néo-zélandais. L'OIA établit un régime de consentement en ce qui concerne les investissements qui atteignent un seuil de valeur ou concernent certains types de terrains. À la mi-2021, un régime de sécurité nationale et d'ordre public (NSPO) a été introduit, s'appliquant à certains investissements dans des entreprises stratégiquement importantes qui ne nécessitent pas autrement de consentement.

La Nouvelle-Zélande a été classée 1ère sur 190 pays dans le dernier rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale, la même position qu'en 2018 et 2019. L'économie du pays dépend des investissements étrangers. Cependant, le gouvernement de coalition entre le Parti travailliste et New Zealand First – un parti nationaliste – a adopté l'Overseas Investment Amendment Act de 2018 pour restreindre les IDE dans des domaines tels que les terres et le logement «sensibles». Cette législation reste en vigueur aujourd'hui. En 2020, à la suite de la pandémie de Covid-19, la Nouvelle-Zélande a introduit une exigence de notification d'urgence temporaire dans son mécanisme de filtrage des IDE afin de pouvoir examiner tous les investissements étranger qui se traduisent par plus de 25 % de la propriété d'une entreprise néo-zélandaise, ou une augmentation d'une participation existante jusqu'à ou au-delà des seuils fixés (50, 75 ou 100 pour cent). Pourtant, la Nouvelle-Zélande dispose de plusieurs incitations pour promouvoir l'IDE. Elle facilite l'accès des investisseurs étrangers au marché intérieur, elle a le temps le plus court pour démarrer une entreprise (0,5 jour) et le plus petit nombre de procédures requises. De plus, le pays offre un environnement stable avec une infrastructure moderne et une main-d'œuvre hautement qualifiée. Afin d'attirer davantage les IDE et de convaincre les investisseurs de s'installer dans le pays, le gouvernement a également repensé le système de visa pour les investisseurs. Cependant, certains de ses inconvénients incluent la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, l'isolement géographique et un marché intérieur limité.

Les investissements directs étrangers en Nouvelle-Zélande ont chuté de 715,1 millions de USD au cours du trimestre de septembre 2021, contre une augmentation de 1,2 milliard de USD au trimestre précédent (CEIC, 2022).

 
 
Investissement Direct Etranger 201920202021
Flux d'IDE entrants (millions USD) 4.2793.8103.482
Stocks d'IDE (millions USD) 81.55092.48791.887
Nombre d'investissements greenfield* 876770
Value of Greenfield Investments (million USD) 4.0291.9407.455

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir en Nouvelle-Zélande

Les points forts

L'économie néo-zélandaise, efficace et tournée vers le marché, rassemble des bénéfices clés pour tout investisseur, comme une stabilité générale des entreprises, de nombreux accords de libre-échange et un soutien actif du gouvernement à l'investissement. La Banque Mondiale a attribué en 2020 à la Nouvelle-Zélande la première place dans son classement par pays en termes de facilité de faire des affaires (Doing Business, 2020).
Les principaux points forts du pays sont :

  • Une croissance stable et robuste de 2,2% en 2019 (FMI) ;
  • Un environnement stable et sécurisé avec des infrastructures modernes offrant des réseaux de télécommunications, routes, voies ferrées, mer et réseaux d'énergie robustes et sophistiqués ;
  • Une main-d’œuvre très bien formée, flexible et polyvalente ;
  • Des coûts de propriété qui font partie des plus compétitifs de la région Pacifique ;
  • Une libre circulation des capitaux ;
  • Un système fiscal simple et attractif pour les IDE : par exemple les 100% de déductibilité fiscale pour la recherche et le développement pour les entreprises ;
  • Un des taux de tarif douanier les plus bas du monde ;
  • La proximité avec les marchés asiatiques ;
  • Des finances publiques en très bonne situation ;
  • Pas de système de sécurité sociale.
Les points faibles

Les principaux points faibles de l’économie néo-zélandaise sont :

  • Un isolement géographique et une vulnérabilité aux catastrophes naturelles ;
  • Un marché domestique limité (5 millions d'habitants en 2020 - FMI) freiné qui plus est par un endettement élevé des ménages et des entreprises ;
  • Une pénurie de main-d’œuvre qualifiée faiblement compensée par l’immigration ;
  • Une dépendance accrue aux exportations du secteur agricole ;
  • De faibles investissements en recherche et développement ;
  • Dépendance à l'égard des investissements étrangers et de la demande chinoise
  • Niveau élevé d'endettement des ménages (164 % du revenu disponible des ménages en 2020 - Parlement néo-zélandais) et de l'extérieur (55,5 % du PIB en 2020 - Stats NZ)
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le gouvernement a mis en place de nouveaux avantages fiscaux pour promouvoir les IDE. La législation sur les investissements étrangers de 2005 a été simplifiée et facilite désormais l'accès au marché national pour les investisseurs étrangers. Toutefois, le gouvernement a amendé l’Overseas Investment Act en 2008 de manière à ce que les « infrastructures stratégiques » soient mieux protégées.

En 2016, le gouvernement a mis en place une Stratégie globale pour attirer davantage d’investissements internationaux avec un triple objectif : attirer des IDE à plus forte valeur ajoutée, inciter les multinationales à mettre en place leur stratégie de recherche & développement dans le pays et enfin convaincre les investisseurs privés et autres entrepreneurs à résider dans le pays.
C’est pour répondre à cette stratégie que le gouvernement a par exemple repensé le système d’octroiement des visas pour les investisseurs, ou qu'il a rendu possible l’accès à des subventions publiques pour des partenariats entre entreprises domestiques et internationales, autrefois uniquement réservés aux entreprises 100% néo-zélandaises.

New Zealand Trade and Enterprise (NZTE) est l'agence de développement du commerce international du gouvernement néo-zélandais. Sa mission est de soutenir les exportateurs afin de développer une économie productive, durable et inclusive.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Garantie
La réglementation concernant les prises de participation
La prise de participation majoritaire d'un investisseur étranger au capital d'une entreprise locale est autorisée en Nouvelle-Zélande.
Les obligations de déclaration
La législation sur les investissements étrangers de 2005 réglemente les acquisitions par une personne étrangère de 25% ou plus de la propriété ou du contrôle des intérêts d'un terrain sensible néo-zélandais ou d'actifs d'entreprises significatifs (plus de 50 millions d'euros). Pour plus d'informations, rendez-vous sur Législations de Nouvelle-Zélande.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Land Information New Zealand
Demande d'autorisation spécifique
La Section 10 de la législation sur les investissements étrangers de 2005 précise que si elle aura pour résultat un investissement étranger sur un terrain sensible ou dans des actifs d'entreprise significatifs, elle nécessite le consentement. La section 57B de la législation sur la pêche de 1996 précise qu'une transaction nécessite un consentement si elle aura pour résultat un investissement étranger dans les quotas de pêche.

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les agences d'aide à l'investissement
Investir en Nouvelle-Zélande
Commission des investissements étrangers Nouvelle-Zélande
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Ministère du développement économique, Marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres en Nouvelle-Zélande
Globaltenders, Appels d'offres et projets en Nouvelle-Zélande
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
Les autres ressources utiles
Réseau d'investissementnéo-zélandais
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022