S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Liban : Contexte politico-économique

drapeau Liban Liban : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

Après des années de négligence, de corruption, de mauvaise gestion financière et de guerre en Syrie, l'économie libanaise est entrée dans une véritable crise en 2019, déclenchant des manifestations de masse qui ont exigé des réformes radicales. La crise économique s'est encore détériorée depuis, en raison de la pandémie de COVID-19, de l'augmentation de la dette publique, d'un défaut de paiement souverain, d'un effondrement de la monnaie et d'une explosion dans le port de Beyrouth. Les moteurs traditionnels de la croissance au Liban (l'immobilier, la construction et le tourisme) sont au point mort et le secteur bancaire, jusque-là loué pour sa résilience, s'est effondré. Entre 2022 et début 2023, l'économie a connu une stabilisation temporaire après avoir subi une contraction significative les années précédentes, principalement attribuée aux contributions du tourisme et des importants transferts de fonds. Selon les projections de la Banque mondiale, l'économie libanaise devrait connaître une croissance modeste de 0,2 % en 2023, une projection positive pour la première fois depuis 2018, grâce à une saison touristique estivale réussie, à des envois de fonds importants soutenant la croissance de la consommation, et à une dollarisation croissante des salaires. Les signes d'une stabilisation continue de l'activité du secteur privé ont également contribué aux perspectives économiques positives. Néanmoins, avec le début du conflit entre Israël et le Hamas et ses répercussions au Liban, les dernières estimations prévoient une récession en 2023 (-0,6 % à -0,9 %, selon l'ampleur du choc touristique).

En 2023, les déficits budgétaire et primaire se sont réduits pour atteindre, selon les estimations, 1,3 % et 0,3 % du PIB, respectivement (Banque mondiale). Grâce à la mise en œuvre réussie des mesures de recettes prévues, les recettes ont atteint 8,8 % du PIB. Toutefois, les dépenses, sous l'effet de l'augmentation des dépenses courantes, des transferts à Électricité du Liban et de la poursuite des régimes d'aide sociale pour les fonctionnaires, ont augmenté pour atteindre 10,1 % du PIB. Avec une forte dépréciation de la monnaie et une contraction de l'économie, la dette souveraine s'élevait à 179,2 % du PIB en 2022 (dernières données disponibles), soulignant son caractère insoutenable en l'absence d'une restructuration complète de la dette. Toutefois, depuis le défaut de paiement de la dette souveraine le 9 mars 2020, peu de progrès ont été réalisés dans la formulation d'une stratégie de restructuration de la dette ou dans la conclusion d'un accord avec les créanciers étrangers. Les réserves brutes de devises étrangères ont augmenté de 425 millions USD entre fin juillet et mi-novembre 2023, atteignant 14 213 millions USD (Banque mondiale). La stabilisation économique temporaire a eu un effet d'entraînement sur le taux de change, qui a connu une stabilité temporaire. Cette stabilité a été influencée par la baisse de la demande de dollars due à la dollarisation généralisée de l'économie. En 2023, l'inflation a grimpé à environ 230 %, principalement en raison de la détérioration continue des conditions macroéconomiques générales. Cette accélération a été principalement influencée par la dépréciation du taux de change au cours du premier semestre 2023 et par la dollarisation rapide des transactions économiques, en particulier dans les composantes du panier de l'indice des prix à la consommation.

Le pays est confronté à de nombreux problèmes humanitaires et sociaux en plus des défis macroéconomiques et politiques. L'afflux massif de réfugiés syriens (25 % de la population du pays) a ébranlé l'équilibre démographique et le marché du travail du pays, et exerce une pression sur les coûts des loyers, des infrastructures et de la fourniture de services publics tels que l'eau et l'électricité. Le chômage a explosé suite à l'afflux de réfugiés syriens, qui concurrencent les travailleurs libanais dans le secteur informel et pourraient toucher plus d'un quart de la population active. Selon la Banque mondiale, plus de 60 % des jeunes du pays n'ont pas d'emploi, d'éducation ou de formation et plus de 70 % des réfugiés vivent sous le seuil de pauvreté. Le pays est confronté à d'importantes inégalités sociales : en 2022, la Banque mondiale a reclassé le Liban dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, alors qu'il faisait partie des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. En 2023, le FMI a estimé le PIB par habitant (PPA) à 11 794 USD, tandis que, selon Human Rights Watch, 78 % de la population libanaise vivait dans la pauvreté à la fin de l'année 2021, soit trois fois plus qu'en 2020.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 21,780,000,000,000,00
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 0,00,00,00,00,0
PIB par habitant (USD) 3.2830000
Solde des finances publiques (en % du PIB) -8,70,00,00,00,0
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 283,20,00,00,00,0
Taux d'inflation (%) 171,20,00,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) -7,860,000,000,000,00
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -36,10,00,00,00,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

Le Liban dispose de terres fertiles et bénéficie d'un climat modéré ainsi que de ressources hydriques abondantes. Cependant, le secteur agricole est sous-développé et ne contribue qu'à 1,4 % du PIB et à 4 % de l'emploi (Banque mondiale, données les plus récentes disponibles). Les principaux produits agricoles comprennent les fruits (principalement les pommes, les oranges, les bananes et les raisins, mais aussi significativement les olives), qui représentent environ 30 % de la production agricole totale, et les légumes (comme les pommes de terre, les tomates et le maïs), qui représentent plus de 60 % de la production totale ; alors que le café est le principal produit d'exportation. Seulement 11 % de la population libanaise vit dans les zones rurales, mais plus d'un cinquième des ménages du secteur agricole sont classés comme très pauvres (FIDA). Selon les derniers chiffres de la FAO, la production céréalière totale pour 2023 était projetée à environ 134 000 tonnes, soit environ 5 % de moins que la moyenne quinquennale. Ce chiffre est proche des récoltes de 2022 et 2021, qui ont déjà été impactées par la crise économique en cours.

L'industrie, qui représentait 12,5 % du PIB en 2019, est tombée à 6,6 % en 2020 en raison de la crise liée à la COVID et s'est établie à seulement 2,8 % en 2021, l'un des ratios les plus bas au monde. Elle emploie 21 % de la population active (Banque mondiale, données les plus récentes disponibles) et est dominée par la fabrication de produits agricoles, de métaux, de minéraux, de meubles et d'autres biens manufacturés. Les principaux sous-secteurs de fabrication comprennent les industries alimentaires, constituant environ 19 % du nombre total d'entreprises, suivies par le plastique et les produits chimiques à 14 %, le papier et l'emballage ainsi que les minéraux à 11 % (Centre libanais d'études politiques).

Les services sont le secteur dominant de l'économie libanaise, représentant 94,1 % du PIB du pays et employant 75 % de la main-d'œuvre. Le secteur bancaire était traditionnellement le pilier de l'économie, mais il traverse une crise majeure. L'activité bancaire, même lorsqu'elle était soutenue et lucrative, ne constituait pas un véritable soutien pour le secteur privé puisque la plupart de la liquidité provenant des banques est utilisée pour financer la dette publique. Le tourisme représente près de 20 % du PIB et emploie environ 18 % de la population active. Le secteur souffre actuellement de la grave crise économique et politique que traverse le pays, bien qu'il ait montré des signes de reprise : selon le ministère du Tourisme, le Liban a accueilli 1 404 768 touristes au cours des neuf premiers mois de 2023, ce qui marque une augmentation de 25,3 % par rapport à la même période en 2022 et une augmentation significative de 113,2 % par rapport à 2021.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 3,8 20,8 75,4
Valeur ajoutée (en % du PIB) 1,4 2,8 94,1
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -7,1 -6,9 -4,9

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
51,4/100
Rang mondial :
154
Rang régional :
12

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
President - Vacant
Prime Minister: Najib Mikati (depuis le 10 septembre 2021)
Les prochaines élections
Presidential: en cours
Assemblée nationale : mai 2026
Le contexte politique actuel
Le Liban est caractérisé par un haut niveau d'instabilité politique, aggravé par une grave crise économique. Le système politique vise à préserver l'équilibre entre les principaux groupes religieux. Des élections parlementaires ont eu lieu en mai 2022, dont les résultats ont produit un parlement sans majorité avec des blocs et des sièges fragmentés, les non-affiliés politiques obtenant un nombre significatif de sièges. Les Forces Libanaises (chrétiennes) et l'opposition protestataire ont également gagné des sièges, tandis que les alliés du Hezbollah en ont perdu certains. Le Premier ministre Mikati, dont le gouvernement est passé en mode intérimaire à la suite des élections parlementaires, a été réappointé Premier ministre en 2022 dans un rôle intérimaire.
Le mandat du président Aoun a pris fin en 2022, laissant un vide alors que le Parlement n'a jusqu'à présent pas été en mesure de s'entendre sur son successeur (au mois de janvier 2024, le Parlement libanais n'a pas réussi à élire un nouveau président), créant un vide institutionnel sans précédent au milieu d'une situation économique et politique dramatique.
La stabilité et la sécurité du Liban pourraient être négativement influencées par les conditions politiques et sécuritaires au Moyen-Orient plus large, en particulier en Syrie voisine et, plus récemment, en Israël.
Les principaux partis politiques
Forces politiques se voient attribuer un nombre fixe de sièges selon leur appartenance religieuse. Elles se regroupent pour former des alliances électorales, mais de telles coalitions sont faiblement connectées en pratique. Les principaux partis représentés au Parlement sont :

- Mouvement patriotique libre : droite, démocratie chrétienne, nationalisme civique
- Bloc du développement et de la libération : coalition formée par le Mouvement Amal et le Parti Ba'ath socialiste arabe
- Hezbollah : parti politique islamiste chiite et groupe militant
- Parti socialiste progressiste : centre/centre-gauche, sa base confessionnelle est dans la secte druze
- Forces libanaises : basées sur les chrétiens et ancienne milice pendant la guerre civile libanaise, droite
- Parti Kataeb : droite, chrétien.
La nature de l'Etat
République basée sur le confessionnalisme et la démocratie parlementaire. Cela signifie que chaque poste politique doit être occupé par une personne d'une confession particulière.
Le pouvoir exécutif
Le Président est le chef de l'État et est élu par l'Assemblée nationale pour un mandat de six ans. Le Premier ministre est nommé par le Président en consultation avec l'Assemblée nationale et agit en tant que chef du gouvernement, pour un mandat de quatre ans. Bien que le Premier ministre dispose des pouvoirs exécutifs, qui comprennent la mise en œuvre de la loi dans le pays et la gestion des affaires quotidiennes, le Président occupe également une position forte et influente, qui comprend la promulgation des lois adoptées par le Parlement et la ratification des traités. Le Cabinet est choisi par le Premier ministre en consultation avec le Président et les membres de l'Assemblée nationale. Conformément à la constitution du pays, le Président doit être un chrétien catholique maronite et le Premier ministre un musulman sunnite.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif au Liban est unicaméral. Le parlement, appelé Assemblée nationale, est composé de 128 sièges ; ses membres sont élus au suffrage universel sur la base d'une représentation proportionnelle, avec des quotas selon la religion, pour des mandats de quatre ans. Le pouvoir législatif est investi à la fois dans le gouvernement et le parlement. Le pouvoir exécutif du gouvernement dépend directement ou indirectement du soutien du parlement, souvent exprimé par un vote de confiance. Le Premier ministre ne peut pas dissoudre le parlement ni opposer son veto à ses actes. Le président du parlement doit être un musulman chiite.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
107/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
5/7
Libertés individuelles :
4/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Lebanon, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2024