Accueil Observer les pays Italie : Investir

drapeau Italie Italie : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir en Italie | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le World Investment Report 2021 de la CNUCED, les flux d'IDE ont fortement chuté à -388 millions USD en 2020, contre 18 milliards USD en 2019. Cela était principalement dû à l'apparition précoce de la pandémie de COVID-19, l'Italie étant le premier pays d'Europe à être touché par la propagation du virus (et le premier à avoir recours à des confinements). La même année, le stock d'IDE était d'environ 486 milliards USD. Les investissements sont principalement dirigés vers les activités manufacturières, professionnelles, scientifiques et techniques, le commerce de gros et de détail, les activités financières et d'assurance, et les TIC. Selon les dernières données, les deux secteurs les plus attractifs pour les investisseurs étrangers en 2020 étaient les services aux entreprises (13%) et les logiciels et services informatiques (12%) (EY). La logistique et le commerce de gros (12 %), les services financiers (8 %) et les produits pharmaceutiques (7 %) ont également augmenté par rapport à l'année précédente. Par ailleurs, sur un total de 113 nouveaux projets financés directement par des investisseurs étrangers en 2020, 22 % relèvent du domaine des ventes et du marketing (EY). Les principaux pays investisseurs sont le Luxembourg (19,8%), la France (18%), les Pays-Bas (17,1%) et le Royaume-Uni (13,8% - statistiques OCDE). Selon les derniers chiffres de l'OCDE, au premier semestre 2021, les investissements totaux en Italie se sont élevés à 6,7 milliards USD, contre un flux négatif de 4,6 milliards USD au cours de la même période un an plus tôt.
 
Parmi les raisons d'investir en Italie, il y a le fait que le pays possède l'un des plus grands marchés de l'UE, qu'il dispose d'une main-d'œuvre qualifiée et de bonnes infrastructures, qu'il est l'un des principaux pays fabricants au monde et qu'il a une position stratégique, à la croisée des chemins entre l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Néanmoins, les coûts procéduraux et fiscaux élevés et la lenteur des processus administratifs, les coûts de main-d'œuvre élevés, les disparités régionales, la corruption et le crime organisé figurent toujours parmi les facteurs qui entravent les investissements dans le pays. Afin de favoriser l'attractivité de l'Italie, le gouvernement a créé "InvestItalia", une agence dépendant du Premier ministre qui coordonne les activités de promotion de l'Italie pour attirer les investissements directs étrangers. En outre, le gouvernement a alloué 23,8 milliards EUR en 2021-2023 au plan "Industrie 4.0" visant à améliorer la compétitivité du secteur industriel italien grâce à une combinaison de mesures politiques, de crédits d'impôt et de financement de la recherche et des infrastructures. Enfin, le gouvernement du pays a modifié la loi "Golden Power", qui lui donne le pouvoir de bloquer les acquisitions étrangères d'entreprises opérant dans des secteurs stratégiques (comme cela s'est produit dans le secteur des réseaux 5g). L'Italie se classe 58e sur le dernier rapport Doing Business de la Banque mondiale, perdant sept positions par rapport à l'année précédente.

 
Investissement Direct Etranger 201820192020
Flux d'IDE entrants (millions USD) 37.68218.146-388
Stocks d'IDE (millions USD) 433.385444.507485.842
Nombre d'investissements greenfield* 170222165
Value of Greenfield Investments (million USD) 5.5146.9516.902

Source : CNUCED, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES STOCKS D'IDE PAR PAYS ET SECTEUR D'ACTIVITÉ

Les pays investisseurs 2019, en %
Luxembourg 19,0
France 18,0
Pays-Bas 17,0
Royaume-Uni 13,0
Allemagne 9,0
Suisse 5,0
Espagne 2,0
Belgique 2,0
Les secteurs investis 2019, en %
Secteur manufacturier 24,0
Activités professionnelles, scientifiques et techniques 22,0
Commerce de gros et de détail; réparation de véhicules motorisés et de motos 11,0
Activités financièrs et d'assurance 10,0
Information et communication 6,0
Immobilier 4,0
Activités de services administratifs et de support 3,0

Source : OCDE, Extrait des Statistiques - Dernières données disponibles.

 
Les principaux investisseurs
Selon les dernières données disponibles, l'Agence commerciale italienne a recensé 12 743 sociétés à capitaux étrangers en Italie en 2015, ces sociétés employaient 1 210 239 personnes avec un chiffre d'affaires de 573,1 milliards d'euros.
Les sources statistiques
ITA (agence italienne du commerce)
Invitalia (agence italienne de promotion des investissements) (en anglais)

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir en Italie

Les points forts

Les points forts de l'Italie en matière d'investissements étrangers sont notamment :

  • L'Italie dispose d’une industrie forte et toujours aussi importante (21,4% du PIB en 2018, dernières données disponibles de la Banque mondiale) ainsi que d’un écosystème à l’exportation fort et diversifié.
  • Les PME italiennes sont très compétitives à l’export.
  • De plus, l'Italie accueille de grands salons qui attirent des acheteurs de toutes les régions du monde. Par exemple, le Salone del Mobile 2019 à Milan a attiré environ 400 000 visiteurs du monde entier (+12,5 % par rapport à 2018).
  • L’économie italienne peut se reposer sur de très bonnes infrastructures (bien que disparates selon les régions)
  • Une main-d'œuvre qualifiée possédant des connaissances techniques et une grande expérience dans la production de haute qualité et dans le tourisme.
  • Le gouvernement mène un repositionnement économique stratégique : le gouvernement issu de la coalition entre le Mouvement des cinq étoiles et le Parti démocratique de centre gauche en 2019 a pour principaux objectifs l'innovation et la numérisation de l'administration publique, le renforcement des exportations en identifiant les outils les plus appropriés pour promouvoir le Made in Italy, et une coordination plus intense entre les universités et les organismes de recherche.
  • Des réformes de marché du travail et du secteur bancaire ont été menées et commencent à porter leurs fruits.
Les points faibles

Voici une liste des principaux points faibles de l'Italie pour attirer les investissements étrangers :

  • Coûts de procédure élevés et lenteur des processus administratifs qui ralentissent considérablement le processus de création d'une entreprise
  • Un système bancaire fragile
  • Une faiblesse de l'application des droits de propriété intellectuelle
  • Une corruption ainsi qu’une criminalité organisée qui ont des répercussions sur la confiance du milieu des affaires et ralentissent par conséquent considérablement l'investissement et le développement.
  • Les coûts de la main-d'œuvre sont élevés et la productivité a à peine augmenté au cours des quinze dernières années ; un fait que l’on peut expliquer, entre autres, par la spécialisation de l'Italie dans des secteurs à faible et moyenne valeur ajoutée.
  • Les investissements de l’État en R&D restent faibles.
  • Les dettes privées et publiques sont élevées et créent un environnement d’affaires rigide car l’État se doit d’imposer des taxes lourdes.
  • Le chômage reste fort (9,8% en 2020, FMI) et entrave la confiance des ménages.
  • Une disparité régionale entre Nord et Sud assez prononcée : par exemple, les infrastructures dans certaines régions, en particulier dans le Sud, sont médiocres.
  • L'instabilité politique
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le gouvernement soutient l'IDE via des crédits d'impôt. Les entreprises qui investissent dans des actifs incorporels stratégiques peuvent bénéficier d'un crédit d'impôt de 15 %, tandis que celles qui investissent dans des machines et des biens d'équipement ont droit à un crédit d'impôt de 20 à 40 %. Un soutien public supplémentaire est accordé aux nouveaux investissements dans la fabrication et la R&D, en particulier dans les régions du Sud et dans les zones économiques spéciales.

En septembre 2016, le gouvernement a lancé un plan industriel triennal, « Industria 4.0 », visant à stimuler l'investissement privé dans la recherche et le développement. Industria 4.0 consiste essentiellement en une série de mesures, d'incitations économiques pour le développement numérique des entreprises : il s'agit notamment de l'hyper amortissement, de la super amortissement et de prêts à taux bonifié pour les jeunes entreprises innovantes.
En outre, depuis 2019 et jusqu'à l'épuisement des ressources disponibles, les entreprises qui investissent dans de nouvelles machines, installations ou équipements à usage productif et dans les technologies numériques peuvent bénéficier des facilités de la loi "Nuova Sabatini". Il s'agit d'une partie importante du plan Industria 4.0 et consiste en une contribution du gouvernement pour couvrir partiellement les intérêts payés par l'entreprise sur les prêts bancaires relatifs aux investissements réalisés. Afin de soutenir les investissements des entreprises qui ont des difficultés à accéder au crédit, le plan Industria 4.0 dispose d'un instrument spécial : le Fonds de garantie. Il vise à faciliter l'accès des PME aux sources de financement (prêt/subvention) par l'octroi d'une garantie publique (jusqu'à un maximum de 80 % du financement). Enfin, en ce qui concerne les dépenses en recherche et développement, Industria 4.0 prévoit l'accès à un crédit d'impôt de 50% à 25% jusqu'à un maximum de 20 millions d'euros par an.

Le site Invest in Italy de l'agence italienne de commerce fournit des conseils sur l'investissement et la création d'une entreprise dans le pays.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par l'Italie
L'Italie a signé des conventions bilatérales avec près d'une cinquantaine de pays. Pour voir les conventions, cliquez ici.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. L'Italie est impliquée dans 39 affaires en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 11 affaires en tant qu'État défendeur.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICCWBO , Chambre de Commerce Internationale Arbitrage
ICSID , Centre international pour le règlement des disputes d'investissement
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
L'Italie est signataire de la Convention du MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Italie OCDE Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 7,0 6,5 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 4,0 5,3 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 6,0 7,3 9,0 5,0

Source : Doing Business - Dernières données disponibles.

Note: *Plus l'index est grand, plus les transactions sont transparentes. **Plus l'index est grand, plus les managers sont personnellement responsables. *** Plus l'index est grand, plus les actionnaires ont le pouvoir de défendre leur droit.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
En tant que pays membre de l'Union Européenne, l'Italie applique le principe de liberté d'établissement et de non-discrimination. Ainsi, les investisseurs étrangers peuvent exercer tous types d'activités dans les mêmes conditions qu'un investisseur local. D'ailleurs, aucun texte de loi spécifique ne réglemente les investissements directs étrangers. Leur régime est aligné sur celui applicable aux investissements locaux.
La réglementation concernant les prises de participation
La prise de participation majoritaire au capital d'une entreprise locale est autorisée en Italie, sauf dans certains secteurs (télécommunications et énergie).
Les obligations de déclaration
L'Agence italienne du commerce, l'organisme responsable de la promotion des investissements étrangers dans le pays, donne des informations sur les autorisations nécessaires pour créer une entreprise.
Demande d'autorisation spécifique
Les investisseurs étrangers sont soumis à des mesures particulières (autorisation préalable délivrée par le ministère compétent et restrictions quant au montant autorisé des prises de participation) dans certains secteurs seulement :
- télécommunication et presse,
- compagnies aériennes et maritimes,
- électricité et gaz,
- exploitation pétrolière.

Pour plus de renseignements, consulter le site de l'ICE.

Plus d'informations sur la page "Foreign Investment in Italy" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Les entreprises peuvent louer temporairement un bureau entièrement équipé sur différents sites en ligne : Ufficiarredati.it, Instantoffice.com, Coworker.
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Les investisseurs étrangers peuvent devenir propriétaires des terrains sur lesquelles ils s'implantent. Toutefois, l'acquisition de biens immobiliers doit se faire par l'intermédiaire de sociétés spécialement conçues à cet effet.
Pour plus de renseignements, contacter les agences spécialisées dans le secteur de l'immobilier Investinitalyrealestate.com
Les risques d'appropriation
La constitution italienne permet l'expropriation de biens privés à des fins publiques et une compensation est prévue.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les différentes aides régionales accordées aux entreprises concernent les régions du Mezzogiorno (situé au sud de Rome, Sardaigne, Sicile). Les projets éligibles doivent permettre de moderniser et d'étendre des entreprises déjà existantes, d'intégrer de nouvelles technologies et/ou d'exploiter les ressources locales. Le décret-loi n° 34 de 2020 a augmenté le taux du crédit d'impôt applicable aux investissements dans la recherche et le développement pour les entreprises opérant dans les régions du sud de l'Italie (article 244), une mesure qui est également étendue aux régions touchées par les tremblements de terre de 2016-2017. La loi budgétaire 2020 a réglementé le crédit d'impôt pour les investissements en matière de recherche et développement, de transition écologique, d'innovation technologique 4.0 et d'autres activités innovantes pour soutenir la compétitivité des entreprises. Enfin, des aides à la recherche et au développement peuvent être accordées par le Ministère du développement économique et le Ministère de l'éducation, des universités et de la recherche.

L'Agence italienne du commerce et le Ministère du développement économique recensent et mettent à disposition un guide des aides à l'implantation en Italie.
Les domaines privilégiés
L'Agence italienne du commerce et le Ministère du développement économique recensent et mettent à disposition un guide des aides à l'implantation en Italie.
Une nouvelle initiative du gouvernement italien permettra d'attirer de nouveaux investissements en Toscane dans de nombreux secteurs liés aux technologies de l'information et de la communication (TIC).
Les zones géographiques privilégiés
L'Etat favorise les investissements dans certaines régions. Aides à la création d'entreprise dans les régions les moins développées (principalement dans les régions du Sud). Par exemple, les entreprises qui investissent en Basilicate, en Calabre, en Campanie, dans les Pouilles, en Sicile, dans le Molise et dans les Abruzzes avant la fin de 2020, peuvent bénéficier d'un crédit d'impôt de 25 %, 35 % ou 45 % selon la taille de l'entreprise.
Le gouvernement encourage l'investissement dans l'industrie 4.0 : les entreprises qui investissent dans des biens d'équipement corporels et incorporels conformément à la stratégie nationale Industrie 4.0 peuvent bénéficier d'un large éventail de crédits d'impôt. En outre, l'aide vise à stimuler les investissements des entreprises dans des formations sur les "technologies habilitantes" de l'industrie 4.0. D'autres incitations publiques sont destinées aux projets de recherche industrielle et aux activités de développement expérimental dans les secteurs suivants : Agenda numérique italien, Industrie durable, Usine intelligente, Agroalimentaire, Sciences de la vie.

Le Manuel raisonné sur les incitations (en anglais) a été publié par le ministère du développement économique dans le but d'aider les entrepreneurs à trouver la bonne incitation en fonction de leurs besoins, de leur territoire ou de la taille de leur entreprise.

Les zones franches
Les zones économiques spéciales (ZES) italiennes sont situées en Basilicate, Calabre, Campanie, Pouilles, Sicile (ports maritimes, ports intérieurs, aéroports, zones de production, plateformes logistiques intermodal).
Organismes d'aides publiques et de financement
Ministère du Développement Economique
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
L'Italie tient une place majeure dans le secteur de l'aérospatiale (leader pour la production d'hélicoptères, partenaire du projet pour la construction de la Station spatiale internationale, etc.).

Dans le secteur automobile, l'Italie se démarque sur le design, la technologie et la compétence, avec des centres de recherche d'avant-garde. Le marché automobile, en constante croissance, apprécie de plus en plus les marques étrangères.

La chimie italienne est l'un des secteurs les plus dynamiques du pays (forte propension à l'innovation, présence de ressources humaines hautement qualifiées et de grandes multinationales qui ont choisi la Péninsule pour implanter leur activité). L'Italie est ainsi le troisième producteur européen dans le secteur de la chimie et un des acteurs incontournables de la scène mondiale. Dans le pays où les volumes de production et de consommation de produits agro-alimentaires et de boissons sont les plus importants d'Europe, la tradition et l'innovation créent de nouvelles opportunités pour conquérir, depuis l'Italie, de nouveaux marchés étrangers. Le pays est caractérisé par une tradition de produits typiques, de mets et vins connus dans le monde entier, de standards de qualité et de sécurité de très haut niveau.

L'Italie dispose de plusieurs opportunités d'investissement dans les nouvelles technologies : nanotechnologies, biotechnologies, produits high tech, etc. L'Italie jouit également d'un environnement favorable et stimulant où développer des projets de sciences de la vie (coûts compétitifs, normes simples, recherche d'excellence). L'Italie est aussi une plate-forme logistique pour le commerce international, avec de nouveaux investissements et les meilleures infrastructures de transport et de télécommunications du bassin méditerranéen. Enfin, l'Italie est la cinquième destination touristique du monde, avec un volume d'affaires d'environ 70 milliards d'euros par an.
Les secteurs à fort potentiel
Santé et bien-être, aéronautique, transports, industrie de l'armement et secteur naval, énergie, immobilier, tourisme, industrie alimentaire.
Les programmes de privatisation
Compagnies aériennes, chemin de fer, gaz naturel.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Ted - Appels d'offres, Opportunités d'affaires dans l'Union européenne
DgMarket, Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Défense, tabac, réseaux énergétiques.

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Invitalia (Agence nationale pour les investissements étrangers et le développement économique, Ministère italien de l'économie)
Les autres ressources utiles
Agence italienne du commerce (ITA)
Confindustria (association des entreprises manufacturières et de services en Italie)
Les guides de l'investisseur
Guide d'investissement (Italian Trade Agency)
Doing business in Italy (Guide par Thomson Reuters Practical Law)
Rapport Doing Business - Italie (Banque mondiale)
Italian Business Guide (guide des fabricants italiens)
Climat d'investissement en Italie - Département d'Etat des Etats-Unis (en anglais)
 
 
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

Plus d'informations sur la page "Investing in Italy" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022