S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Italie : Contexte politico-économique

drapeau Italie Italie : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

L'économie italienne a été fortement impactée par la crise financière mondiale et n'est sortie de la récession qu'en 2015 ; cependant, le pays a été l'un des plus touchés par la crise induite par la COVID-19, avec une croissance revenant à ses niveaux d'avant la pandémie au T2/2022. Pour 2023, le FMI a estimé la croissance à 0,7 % (contre 3,7 % un an plus tôt) : après avoir contracté de 0,4 % au deuxième trimestre et être restée nulle au troisième, l'économie a repris sa croissance à partir du quatrième trimestre. Parmi les causes du ralentissement, on peut citer l'impact persistant du resserrement monétaire de la BCE, qui continue d'affecter les coûts d'emprunt des ménages, des entreprises et du gouvernement. Les revenus réels ont été affaiblis par une croissance des salaires morose et une inflation élevée. De plus, la demande réduite de logements, associée à la réduction du nombre de projets approuvés dans le cadre du régime fiscal du "superbonus", a limité l'activité de construction, qui avait été le principal moteur ces derniers temps. Le taux de croissance devrait rester inchangé en 2024 (0,7 %), augmentant légèrement à 1 % l'année suivante grâce à la hausse soutenue des dépenses d'investissement, qui devrait être seulement partiellement influencée par une poursuite de la baisse de l'investissement dans le logement.

Le budget primaire du pays (qui exclut les paiements d'intérêts) est structurellement positif ; cependant, le coût des intérêts sur la dette du gouvernement pèse lourdement sur les comptes de l'Italie, le budget général du gouvernement étant constamment en déficit. En 2023, le FMI estimait le déficit du gouvernement général à 2,1 % du PIB (5,3 % selon les projections de la Commission européenne), car la diminution des dépenses budgétaires pour les mesures visant à contenir les effets des prix élevés de l'énergie (1 % du PIB, contre 2,4 % en 2022) et les crédits d'impôt sur le logement (1,8 % du PIB, contre 2,8 %) étaient quelque peu compensés par des dépenses de pensions élevées en raison de l'indexation sur l'inflation de 2022 et une augmentation de l'investissement. Le FMI prévoit que le déficit tournera autour de 3,4 % du PIB sur l'horizon de prévision. L'Italie a l'un des ratios dette/PIB les plus élevés au monde : estimé à 147,3 % en 2023, il devrait descendre à 142,8 % d'ici 2025. Étant importateur net d'énergie, l'inflation de l'Italie a été poussée par la hausse des coûts mondiaux de l'énergie, dépassant les 8 % en 2022 et atteignant 6 % en 2023. Une baisse graduelle de l'inflation tout au long de 2024-2025 est attendue (à environ 2,6 %), entraînée par la réduction des prix de l'énergie et une croissance modérée des salaires nominaux.

Même face à une décélération de l'activité économique, le taux de chômage - à 7,9 % en 2023 - reste historiquement bas. L'emploi continue de croître fortement et la croissance des salaires nominaux a augmenté à environ 3 %. On s'attend à ce que cela renforce les revenus des ménages et contribue à la consommation privée soutenue, le taux de chômage restant globalement inchangé. L'Italie affiche des niveaux élevés de chômage des jeunes (22 % en octobre 2023 selon l'ISTAT), et les inégalités régionales entre le Nord fortement industrialisé et dynamique et les régions rurales pauvres du Sud, le "Mezzogiorno", sont toujours évidentes. De plus, l'Italie doit faire face à une baisse du taux de natalité et à une population en déclin. Le PIB par habitant (PPA) de l'Italie a été estimé à 54 259 USD par le FMI en 2022, juste en dessous de la moyenne de l'UE-27 (56 970 USD).

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 2.012,012.186,082.284,082.365,542.443,49
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,70,70,71,01,1
PIB par habitant (USD) 34.08537.14638.92640.43741.902
Solde des finances publiques (en % du PIB) -1,9-2,1-3,4-3,4-2,7
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 144,4143,7143,2142,8141,9
Taux d'inflation (%) n/a6,02,62,22,0
Taux de chômage (% de la population active) 8,17,98,08,18,2
Balance des transactions courantes (milliards USD) -24,5215,2619,7628,9836,44
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -1,20,70,91,21,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

L'Italie est l'un des principaux acteurs agricoles de l'UE, étant le plus grand producteur européen de riz, de fruits, de légumes et de vin. Le secteur agricole représente 1,8 % du PIB italien et dépend fortement de l'importation de matières premières utilisées dans la production agricole en raison des ressources naturelles limitées du pays (les importations italiennes de matières premières sont responsables de plus de 80 % de l'énergie du pays). Le secteur primaire emploie 4 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles) et compte environ 1,3 million d'exploitations agricoles, dont près de la moitié ont une faible production agricole (Commission européenne). Le pays compte 12,8 millions d'hectares de terres agricoles et ses principales cultures comprennent les céréales (notamment le blé), le maïs, l'orge, le riz et l'avoine. L'Italie est également le premier producteur mondial de vin et le premier producteur de tabac en Europe. Selon les chiffres de l'ISTAT, contrairement au reste de l'économie nationale, la valeur ajoutée des secteurs de l'agriculture, de la foresterie et de la pêche a diminué de 1,8 % en termes réels en 2022. On a également observé un déclin du volume de production (-1,5 %) et de l'emploi (-2,1 %). Parmi les pays de l'UE, l'Italie est la deuxième en termes de valeur ajoutée et la troisième en termes de valeur de production.

L'Italie est un pays industriel primaire, le secteur secondaire représentant 23,8 % du PIB et employant 27 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). L'activité industrielle du pays est concentrée dans la partie nord du pays, notamment dans les villes telles que Turin, Milan et Venise. Une grande partie de l'industrie italienne est composée de petites et moyennes entreprises familiales, la majorité des entreprises industrielles italiennes ayant moins de 50 employés. L'Italie est le plus grand exportateur mondial de produits de luxe (vêtements, voitures, etc.) ; les autres industries italiennes majeures comprennent la fabrication de machines de précision, les véhicules automobiles, les produits chimiques, les produits pharmaceutiques, les articles électriques, la mode et l'habillement. Le secteur manufacturier représente à lui seul 15 % du PIB (Banque mondiale). Le pays a souffert de la désindustrialisation (en particulier pendant la crise financière mondiale), mais il reste la deuxième plus grande puissance manufacturière d'Europe et la septième au monde. L'ISTAT rapporte que sur les neuf premiers mois de 2023, la production industrielle a diminué de 2,7 % par rapport à la même période en 2022. On a observé une baisse significative de l'énergie (-7,3 %) et des biens de consommation (-3,5 %), principalement due à la réduction de la production de biens durables (-6,1 %). La production de biens d'équipement a augmenté de 3,5 %, tandis que les biens intermédiaires ont diminué de 5,7 %. Pour les biens de consommation non durables, la production a diminué de 3,2 %.

Le secteur tertiaire représente près des deux tiers du PIB italien (64,3 %) et emploie 69 % de la population active du pays. Le tourisme - l'une des industries les plus dynamiques et les plus rentables - constitue la plus grande partie du secteur tertiaire (l'Italie est le cinquième pays le plus visité au monde et le troisième en Europe) : selon l'agence statistique nationale ISTAT, le tourisme et ses activités connexes génèrent environ 6 % de la valeur ajoutée de l'économie. Les services liés aux entreprises jouent également un rôle important dans l'économie du pays. On estime que plus de la moitié des 5 millions d'entreprises italiennes sont actives dans le secteur tertiaire. Selon l'ISTAT, au T3 2023, la variation trimestrielle du chiffre d'affaires des services est retournée en territoire positif (+0,9 %) après le résultat négatif enregistré au T2.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 4,1 26,6 69,3
Valeur ajoutée (en % du PIB) 2,0 23,0 64,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -1,8 2,0 4,7

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
64,9/100
Rang mondial :
68
Rang régional :
36

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
6.57/10
Rang mondial :
39/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère de l'Economie et des Finances
Ministère du Développement économique
Ministère de l'Agriculture, de la Souveraineté Alimentaire et des Forêts (en italien)
Ministère des affaires étrangères
L'office de statistique
Institut National de Statistiques (Istat)
La banque centrale
Banque d'Italie
Les places boursières
Bourse italienne
Les autres ressources utiles
Ansa
Les principaux journaux on-line
La Stampa (en anglais)
Il Sole 24 Ore (en italien)
Corriere della Sera (en italien)
La Repubblica  (en italien)
Il Tempo (en italien)
Il Fatto Quotidiano (en italien)

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Sergio Mattarella (depuis le 3 février 2015) - élu pour un deuxième en janvier 2022)
Premier ministre (Président du conseil des ministres) : Giorgia Meloni (depuis le 22 octobre 2022)
Les prochaines élections
Présidentielle : 2029
Législative : septembre 2027
Le contexte politique actuel
Le gouvernement formé par des politiciens et des technocrates dirigé par l'ancien président de la BCE Mario Draghi a perdu sa majorité en juillet 2022 après le retrait de leur soutien par le M5S, la Lega et Forza Italia. Des élections anticipées ont eu lieu en septembre. L'élection a vu une large victoire de la coalition de centre-droit qui comprenait la Lega et Forza Italia et était dirigée par le parti de droite Fratelli d'Italia. Dans une participation électorale record, le parti de Giorgia Meloni est devenu le plus grand au Parlement avec 26 % des voix, et sa dirigeante est devenue la première femme Premier ministre. Les principaux partis d'opposition sont le Partito Democratico de centre-gauche et le Mouvement 5 étoiles, qui ont refusé l'offre de coalition de la coalition de centre-gauche. Malgré les précédents discours anti-UE, la coalition de droite a évité les confrontations avec l'UE sur la politique économique également en raison de l'importance du financement de l'UE dans le cadre du Fonds de relance et de résilience. Des retards ont été enregistrés dans les versements des fonds de l'UE pour la prochaine génération car des réformes clés (par exemple sur l'évasion fiscale, l'efficacité du système judiciaire, etc.) se sont révélées politiquement difficiles.
Les principaux partis politiques

Le Parlement italien est basé sur un système multipartite, avec les principales forces politiques suivantes :

  • Fratelli d'Italia (FdI, Frères d'Italie) : droite, nationaliste, conservatrice
  • Partito Democratico (PD) : centre-gauche
  • Mouvement Cinq Étoiles (M5S) : anti-establishment, centre-gauche, mouvement politique rassembleur
  • Lega: droite, populiste, eurosceptique
  • Forza Italia (FI) : centre-droit, libéralisme
  • Italia Viva (IV) : centre-gauche, libéral
  • Azione  (Action) : centre-libéral
  • Alleanza Verdi e Sinistra (Alliance Verts et Gauche) : alliance politique de gauche, fédération de deux partis politiques, Gauche Italienne (SI) et Europe Verte (EV)
  • Liberi e Uguali (LeU, Libres et Égaux) : gauche
  • +Europa (+Eu, Plus d'Europe) : pro-européen, libéralisme social.

Les principales coalitions lors des dernières élections étaient composées de Fratelli d'Italia, Lega et Forza Italia (droite/centre-droit) ; PD, Alleanza Verdi e Sinistra et +Europa (centre-gauche) ; et le "Terzo Polo" formé par Italia Viva et Azione. Le Mouvement Cinq Étoiles n'a intégré aucune coalition.

La nature de l'Etat
République basée sur une démocratie parlementaire.
Le pouvoir exécutif
L'Italie est une république parlementaire, donc le rôle du Président de la République est principalement cérémoniel. Il est le chef de l'État et est élu indirectement pour un mandat de 7 ans.

Le Premier ministre (officiellement le président du Conseil des ministres) est le chef du gouvernement et détient le pouvoir exécutif, ce qui comprend la mise en œuvre de la loi et la gestion des affaires courantes du pays. Le Premier ministre est nommé par le président et confirmé par le Parlement, sur la base du soutien de la majorité. Il ou elle a un mandat de cinq ans. Le Conseil des ministres est nommé par le Premier ministre et approuvé par le président.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif en Italie est bicaméral et les deux chambres possèdent des pouvoirs et des prérogatives significatifs. Le Sénat (Senato della Repubblica) compte 200 membres (plus les sénateurs à vie), tandis que la Chambre des députés (Camera dei deputati) en compte 400. Le suffrage universel fait partie des élections italiennes depuis la rédaction de la Constitution en 1948, mais le système électoral italien a considérablement évolué au fil des ans. Le système électoral a été modifié en 2005, en 2015 et une fois encore en 2017. Lors d'un référendum en 2020, les électeurs ont approuvé une loi constitutionnelle visant à modifier la Constitution en réduisant le nombre de députés du Parlement de 630 à 400 à la Chambre des députés et de 315 à 200 au Sénat (les modifications sont entrées en vigueur lors des dernières élections générales tenues en 2022).
Le pouvoir exécutif dépend directement ou indirectement du soutien du parlement, souvent exprimé par un vote de confiance. Le Premier ministre ne peut pas dissoudre le parlement, ce pouvoir étant attribué au Président. Les citoyens italiens jouissent de droits politiques considérables.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
41/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7
Libertés individuelles :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
The summary of the EU’s economic response to the COVID-19 pandemic is available on the website of the European Council.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) in Italy, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024