S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Islande : Contexte politico-économique

drapeau Islande Islande : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Au cours de la dernière décennie, l'économie islandaise s'est développée à un rythme relativement rapide, grâce à une croissance sans précédent du tourisme, à une forte consommation et à une baisse du chômage. Les résultats pour l'année 2023 montrent que la production intérieure brute a augmenté de 4,1 % en volume, avec un niveau nominal estimé à 4 279 milliards ISK. Le principal catalyseur de la croissance économique a été la hausse de 9,8 % en glissement annuel des exportations de services, soutenue par l'amélioration de la balance commerciale et l'augmentation de la consommation. Les dépenses finales intérieures brutes, qui englobent la consommation des ménages et du gouvernement ainsi que la formation brute de capital fixe, auraient augmenté de 1,2 % en volume l'année dernière (Statistics Iceland). Pour 2024, le FMI prévoit une croissance de 1,7 % du PIB, la reprise vigoureuse du secteur du tourisme compensant en partie le ralentissement de l'économie nationale, suivie d'une croissance de 2,2 % en 2025.

Les perspectives économiques de l'Islande sont très volatiles, car le pays dépend fortement du secteur du tourisme (qui représente 40 % des recettes d'exportation et environ 6 % du PIB), ce qui le rend vulnérable aux chocs extérieurs. En outre, les chocs intérieurs, tels qu'une mauvaise saison de pêche ou une diminution des stocks de poissons viables, pourraient réduire les exportations de produits de la mer (qui représentent environ 40 % des exportations de marchandises). En juin 2023, le gouvernement islandais a dévoilé de nouvelles mesures pour lutter contre l'inflation, mettant en œuvre une approche budgétaire plus stricte pour soutenir les efforts de la Banque centrale d'Islande visant à réduire l'inflation, en s'alignant sur son plan budgétaire récemment publié (2024-2028). Le déficit budgétaire a été estimé à 2,1 % du PIB en 2023 par le FMI, avec une réduction attendue cette année (1,7 %). Le ministre des finances a exprimé l'objectif de parvenir à un budget équilibré d'ici 2025, bien que les spécificités concernant l'approche pour atteindre cet objectif restent floues. Le taux d'endettement des administrations publiques islandaises a connu une baisse notable depuis le pic de 77,5 % du PIB atteint en 2020, grâce à la forte croissance du PIB nominal et à l'utilisation des dépôts de trésorerie accumulés pour faire face aux échéances à venir. Fitch estime que la dette sera tombée à 61,6 % du PIB en 2023. Toutefois, pour la période 2024-2027, un rythme plus modéré de réduction de la dette est prévu, avec des projections indiquant une baisse à 58,1 % du PIB, se modérant progressivement à 55,9 % d'ici 2027 (Fitch Ratings). L'inflation globale, qui s'élevait à 6,6 % en février 2024, a connu une baisse constante depuis son pic de 10,2 % en février 2023, mais elle reste nettement supérieure à l'objectif d'inflation de 2,5 %. Les attentes élevées en matière d'inflation à court et à long terme présentent également un risque pour les négociations salariales en cours. Selon les dernières prévisions, la Banque centrale d'Islande (CBI) ne s'attend pas à ce que l'inflation s'aligne sur son objectif avant le second semestre 2026.

Le marché du travail s'est considérablement amélioré ces dernières années, et le chômage a diminué en même temps que la population en âge de travailler augmentait (notamment grâce à l'afflux de réfugiés ukrainiens). En 2023, le taux de chômage était estimé à 3,4 % selon l'institut national de la statistique et devrait augmenter légèrement au cours de la période de prévision. Dans l'ensemble, l'Islande a un niveau de vie élevé, l'un des PIB par habitant les plus élevés d'Europe (estimé à 69 615 USD en 2022 par la Banque mondiale) et l'un des taux de pauvreté les plus faibles. Néanmoins, l'Islande fait partie des pays qui comptent le plus de personnes vivant à l'étranger et devra importer des milliers de travailleurs étrangers pour répondre aux besoins des entreprises.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 28,7031,0233,3435,8038,56
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 8,94,11,72,02,2
PIB par habitant (USD) 76.28479.99884.59489.38094.704
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,4-3,5-2,9-2,1-1,5
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 67,464,858,756,253,5
Taux d'inflation (%) 8,38,75,63,42,5
Taux de chômage (% de la population active) 3,83,43,84,14,1
Balance des transactions courantes (milliards USD) -0,480,300,320,280,45
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -1,71,01,00,81,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database , Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

L'Islande dispose d'une main-d'œuvre de plus de 231 000 personnes sur une population de 372 000 habitants. Le marché du travail islandais se caractérise par un taux de participation élevé et une forte proportion de syndicalistes, supérieure à 90 %. Depuis la crise financière de 2008, l'une des priorités du gouvernement a été de diversifier l'économie qui, au cours de la dernière décennie, était principalement orientée vers l'industrie manufacturière et les services. Aujourd'hui, le secteur agricole représente environ 4,3 % du PIB de l'Islande et emploie 4 % de la main-d'œuvre. Les grandes zones de pâturage pour les moutons font partie des ressources agricoles les plus importantes du pays, tandis que les principaux produits agricoles sont les pommes de terre, les carottes, les légumes verts, les tomates, les concombres, le mouton, le poulet, le porc, le bœuf et les produits laitiers. L'économie islandaise repose en partie sur ses ressources naturelles renouvelables et ses industries connexes : la pêche en haute mer, l'énergie hydraulique et géothermique, et les pâturages. La pêche est l'un des piliers de l'économie islandaise et représente environ 40 % des exportations. Selon les données de Statistics Iceland, en 2023, la production céréalière s'élevait à 6 679 tonnes (-17,8 % en glissement annuel).

Le secteur industriel représente près de 20,8 % du PIB et emploie 18 % de la population active. Le potentiel hydroélectrique stimule la production d'aluminium et constitue la première ressource à l'exportation. Il concentre environ 70 % de l'électricité produite sur l'île. La géothermie fournit les 30 % restants, de sorte que les énergies renouvelables couvrent la totalité des besoins énergétiques du pays. Le secteur de l'agroalimentaire est également important. Le secteur manufacturier représente à lui seul 11 % du PIB, tandis que l'industrie de la construction représentait 7,1 % du PIB en 2022 (Statistics Iceland, dernières données disponibles).

Les services représentent 64,5 % du PIB et emploient 78 % de la main-d'œuvre. Depuis plusieurs années, l'économie islandaise s'est développée grâce au secteur des services, notamment dans les domaines du tourisme, de la production de logiciels et de la biotechnologie. En effet, l'Islande est devenue la base arrière de plusieurs entreprises spécialisées dans l'informatique et les logiciels. Le pays compte également de nombreux centres d'appel. Le secteur du tourisme s'est redressé après la pandémie de COVID-19 et, en 2023, le pays a enregistré près de 10 millions de nuitées, ce qui représente une augmentation de 16 % par rapport à l'année précédente. Globalement, la contribution directe du tourisme au PIB national était estimée à 6,1 % en 2022 par Statistics Iceland (elle était de 8,1 % avant la pandémie). Les activités immobilières représentaient 11 % du PIB, le commerce de gros 9,7 % et les activités de santé humaine et de travail social 9 % (Statistics Iceland). Le secteur bancaire commercial se compose de quatre banques universelles et de cinq petites caisses d'épargne, le gouvernement détenant la majorité dans deux des trois grandes banques. Le total des actifs du secteur bancaire s'élevait à près de 4 700 milliards ISK en 2021, soit environ 145 % du PIB (Fédération bancaire européenne - dernières données disponibles).

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 4,0 18,8 77,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 4,1 21,3 64,4
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) -0,7 3,6 7,8

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Couronne islandaise (ISK) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 12,3211,0211,5412,7714,26

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
77,4/100
Rang mondial :
11
Rang régional :
6

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

L'Islande a toujours été ouverte au commerce international, ce dernier représentant 94 % de son PIB (Banque mondiale). La plupart des restrictions sur les opérations de change et les mouvements transfrontaliers de devises nationales et étrangères pour les entreprises et les ménages ont été levées pour stimuler le commerce extérieur. Toutefois, des obstacles au commerce et à l'entrée sur le marché subsistent, notamment l'adoption des normes et réglementations de l'UE sur les produits, les droits de douane élevés sur la plupart des produits agricoles provenant de l'extérieur de l'UE, les restrictions à l'importation de certains produits comme la viande crue en raison des réglementations phytosanitaires, et la difficulté d'obtenir un financement pour les coentreprises. Les secteurs traditionnels tels que la pêche sont à l'origine du dynamisme des exportations du pays, plus de 40 % des exportations nationales étant constituées de produits de la pêche. En outre, l'Islande exporte de l'aluminium et du ferrosilicium (environ un tiers des exportations totales), ainsi que des produits laitiers. Les principales importations comprennent les huiles de pétrole, les voitures, le corindon artificiel et les électrodes de carbone.

Selon les données de Statistics Iceland, en 2022, les principales destinations des exportations du pays étaient les Pays-Bas (37,5 % des exportations totales), le Royaume-Uni (9 %), les États-Unis (7,8 %), l'Allemagne (6,5 %) et la France (6,4 %). Les importations proviennent principalement de Norvège (12,3 %), de Chine (9,4 %), d'Allemagne (8,3 %), des Pays-Bas (7,1 %), des États-Unis (6,3 %) et du Danemark (6 %). Globalement, l'Union européenne absorbe plus des deux tiers des exportations islandaises et fournit environ la moitié des importations totales, l'Islande étant membre de l'Espace économique européen (EEE).

En 2022, l'Islande a exporté pour 7,3 milliards USD de marchandises (soit une augmentation de 23,4 % en glissement annuel) et importé pour 9,6 milliards USD (soit une augmentation de 22,6 %). Cependant, l'Islande est un exportateur net de services, avec 5,4 milliards USD d'exportations contre 4 milliards USD d'importations en 2022 (données de l'OMC). Malgré cela, le solde extérieur global pour les biens et services était négatif de 1,8 % du PIB en 2022 (données de la Banque mondiale). Selon les derniers chiffres de Statistics Iceland pour l'année 2023, la valeur totale des biens exportés était de 913,9 milliards ISK, soit 90,4 milliards ISK de moins (une baisse de 9 %) qu'au cours des 12 mois précédents aux taux de change courants. Les produits manufacturés ont contribué à 54% des exportations totales, leur valeur ayant diminué de 13%. Les produits de la mer ont représenté 37% du total des marchandises exportées, leur valeur ayant diminué de 4% par rapport aux 12 mois précédents.

 
Indicateurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 6.5675.6977.8179.5919.464
Exportations de biens (millions USD) 5.2234.5825.9877.3896.609
Importations de services (millions USD) 3.5582.2012.9024.1524.523
Exportations de services (millions USD) 5.6832.5053.5055.5846.662
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -9,1-20,619,919,7n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) -5,5-31,114,720,6n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 39,234,839,447,0n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 43,733,237,446,3n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) -838-626-1.113-1.534n/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) 1.125-321-511-102n/a
Commerce extérieur (en % du PIB) 82,968,076,893,4n/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 

Principaux pays partenaires

Principaux clients
(% des exportations)
2022
Pays-Bas 37,7%
Royaume Uni 9,0%
Etats-Unis 7,8%
Allemagne 6,5%
France 6,4%
Voir plus de pays 32,6%
Principaux fournisseurs
(% des importations)
2022
Norvege 12,3%
Chine 9,4%
Allemagne 8,3%
Pays-Bas 7,1%
Etats-Unis 6,3%
Voir plus de pays 56,5%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Principaux produits échangés

7,4 Mds USD de produits exportés en 2022
Aluminium sous forme bruteAluminium sous forme brute 35,8%
Filets de poissons et autre chair de poissons - m...Filets de poissons et autre chair de poissons - même hachée -, frais, réfrigérés ou congelés 15,6%
Poissons, comestibles, frais ou réfrigérés (à...Poissons, comestibles, frais ou réfrigérés (à l'excl. des filets de poissons et autres chairs de poissons du n° 0304) 6,3%
Poissons, comestibles, congelés (à l'excl. des...Poissons, comestibles, congelés (à l'excl. des filets de poissons et autres chairs de poissons du n° 0304) 4,9%
Ferro-alliagesFerro-alliages 4,6%
Voir plus de produits 32,8%
9,6 Mds USD de produits importés en 2022
Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux ...Huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux (autres que les huiles brutes); préparations n.d.a. contenant en poids >= 70% d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux et dont ces huiles constituent l'élément de base; déchets d'huiles contenant principalement des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux 13,7%
Voitures de tourisme et autres véhicules...Voitures de tourisme et autres véhicules automobiles principalement conçus pour le transport de personnes (autres que les véhicules pour le transport de >= 10 personnes, chauffeur compris, du n° 8702); voitures du type 'break' et voitures de course 7,6%
Corindon artificiel, chimiquement défini ou non;...Corindon artificiel, chimiquement défini ou non; oxyde d'aluminium; hydroxyde d'aluminium 7,2%
électrodes en charbon, balais en charbon, charbons...électrodes en charbon, balais en charbon, charbons pour lampes ou pour piles et autres articles en graphite ou en autre carbone, avec ou sans métal, pour usages électriques 5,1%
Machines automatiques de traitement de...Machines automatiques de traitement de l'information et leurs unités; lecteurs magnétiques ou optiques, machines de mise d'informations sur support sous forme codée et machines de traitement de ces informations, n.d.a. 3,0%
Voir plus de produits 63,3%

Source : Comtrade, dernières données disponibles

 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des Finances
Ministère des Affaires étrangères
L'office de statistique
Office statistique islandais
La banque centrale
Banque Centrale d'Islande
Les places boursières
Nordic Exchange
Les moteurs de recherche
Iceland on the web
Web Collection (en anglais)

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Guðni Th. JÒHANNESSON (depuis le 1er août 2016) – indépendant
Premier Ministre : Katrín JAKOBSDÒTTIR (depuis le 30 novembre 2017) – Mouvement des verts et de gauche
Les prochaines élections
Présidentielle : 1er juin 2024
Parlementaire : 2025
Les principaux partis politiques
Les partis politiques de la coalition au pouvoir sont les suivants :

- Parti de l'indépendance (IP) : centre-droit, conservateur, opposé à l'adhésion à l'Union européenne
- Parti progressiste (PP) : centre-droit, agrarien, libéral
- Mouvement gauche-vert (MGV) : gauche, prône les valeurs socialistes traditionnelles, le féminisme et l'environnementalisme.

Les principaux partis d'opposition sont

- Alliance sociale-démocrate (SDA) : parti social-démocrate de centre-gauche, issu de la fusion de l'Alliance populaire (PA), du Parti social-démocrate (SDP) et de la Liste des femmes
- Parti populaire: parti de gauche, socialiste, populiste
- Parti Pirate (PIR) : centre-gauche
- Parti de la réforme: libéral
- Parti du centre (CP) : populiste, eurosceptique

La nature de l'Etat
République basée sur une démocratie parlementaire.
Le pouvoir exécutif
Le président est le chef de l'État et est élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. Le rôle du président est essentiellement cérémoniel. Après les élections législatives, le chef du parti majoritaire ou le chef de la coalition majoritaire est généralement nommé Premier ministre par le président pour un mandat de quatre ans.

Le Premier ministre est le chef du gouvernement et détient les pouvoirs exécutifs qui comprennent la mise en œuvre de la loi dans le pays et la gestion des affaires courantes. Le Premier ministre nomme également le Cabinet.

Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif islandais est monocaméral. Le Parlement (appelé "Althingi") compte 63 sièges et ses membres sont élus au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. Le pouvoir exécutif dépend directement ou indirectement du soutien du parlement, souvent exprimé par un vote de confiance. Le Premier ministre ne peut pas dissoudre directement le parlement, mais il peut recommander au président de le faire. Le pouvoir législatif appartient à la fois au gouvernement et au parlement. Les Islandais jouissent de droits politiques considérables.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
16/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
1/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
A summary of the measures adopted by the government of Iceland to address the impact of the COVID-19 pandemic is available on the website of KPMG.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the Icelandic government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Iceland in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024