S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Irak : Contexte politico-économique

drapeau Irak Irak : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie irakienne, qui rebondit progressivement, a été durement touchée par le Covid-19 qui a pesé sur la demande intérieure et les équilibres macroéconomiques, ainsi que par la baisse des prix mondiaux du pétrole et des quotas de production de l'Opep. Le PIB s'est contracté à environ 15,7 % en 2020 - de loin la performance la plus faible depuis 2003 - mais a augmenté de 3,6 % en 2021, avec une reprise aux niveaux d'avant la pandémie attendue en 2022 (10,5 %) et 2023 (5,7 %).


La forte production pétrolière de l'Irak s'est traduite par une production moyenne de 4,19 millions de barils par jour en novembre 2021. La baisse des revenus pétroliers, qui représentent plus de 90 % des revenus d'exportation, a pesé sur la balance courante, se soldant par un déficit de 18,28 milliards USD en 2020, contre un excédent de 1,09 milliard USD un an plus tôt, et de 12,41 milliards en 2021. Cependant, une reprise rapide des prix mondiaux du pétrole au début de 2022 pourrait doper le solde du commerce extérieur de l'Irak. Dans le même temps, la dette brute des administrations publiques a augmenté rapidement à 84,2 % en 2020 contre 45,1 % un an plus tôt, mais est revenue à 59,4 % en 2021. Elle devrait diminuer à 55,3 % en 2022 et 2023. Le gouvernement a fait des efforts pour réduire les coûts en abaissant les pensions, mais cela a conduit à des manifestations anti-austérité dans tout le pays. Le secteur public irakien s'est développé rapidement ces dernières années, les dépenses salariales représentant une part de plus en plus élevée du budget de l'État d'année en année. Les contraintes politiques ont également pesé sur l'économie irakienne, le gouvernement restant dans des mois d'impasse pour nommer un nouveau Premier ministre. L'inflation est passée à 0,6 % en 2020, contrastant avec une légère déflation de 0,2 % un an plus tôt dans un contexte de hausse des coûts de l'alimentation et du transport, puis a fortement augmenté pour atteindre 6,4 % en 2021. Les États-Unis ont prolongé leur dérogation aux sanctions en 2020 pour permettre à l'Irak d'importer du gaz. et l'électricité de l'Iran pour couvrir ses besoins énergétiques domestiques.

Le climat social et les conditions politiques et sécuritaires du pays ont commencé à s'améliorer après la défaite de l'EI, mais l'Irak continue de faire face à de graves problèmes de sécurité. Selon l'UNICEF, un enfant irakien sur quatre vit dans la pauvreté et 4 millions ont besoin d'aide. L'accès à l'eau, à l'électricité et au carburant est très limité. Le taux de chômage est élevé, surtout chez les jeunes et les femmes, mais des chiffres fiables ne sont pas disponibles (l'emploi des jeunes avoisine les 25% selon le FMI). L'État représente le plus grand employeur du pays, avec quatre emplois sur cinq créés ces dernières années le sont dans les secteurs publics, selon la Banque mondiale.

Les perspectives économiques de l'Iraq sont embourbées par d'importants risques à la baisse qui appellent une mise en œuvre accélérée des réformes structurelles. Ceux-ci incluent : une baisse potentielle du prix du pétrole, une aggravation de la crise du COVID-19 en raison de la propagation de nouvelles variantes, une détérioration des conditions de sécurité, l'intensification des chocs liés au changement climatique et une volatilité macroéconomique supplémentaire. La prévention ou l'atténuation de l'impact des risques à la baisse dépend des politiques du futur gouvernement et de son engagement en faveur de réformes globales. Des progrès en matière d'intégration économique régionale, associés à un environnement sécuritaire amélioré, pourraient donner un nouvel élan à la croissance et à la diversification (Banque mondiale, 2022).

 
Indicateurs de croissance 201920202021 (e)2022 (e)2023 (e)
PIB (milliards USD) 233,95169,49e201,47226,62239,99
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 5,8-15,7e3,610,55,7
PIB par habitant (USD) 5.981e4.223e4.8935.3645.537
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 45,1e84,259,455,355,3
Taux d'inflation (%) -0,20,66,06,94,7
Balance des transactions courantes (milliards USD) 1,09-18,2812,419,073,67
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,5-10,86,24,01,5

Source : FMI - World Economic Outlook Database , October 2021

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

La population irakienne de 39,1 millions comprend une main-d'œuvre de 10,35 millions. Le secteur agricole représentait 5,9 % du PIB en 2021 (Banque mondiale, 2022) et employait près d'un cinquième de la population active avec 18 % (Banque mondiale 2022) en raison de la prévalence de méthodes moins modernes et moins productives. Environ un quart de la superficie totale des terres convient à la culture intensive et à l'élevage. La majeure partie de l'activité agricole est concentrée dans les basses terres fertiles des plaines mésopotamiennes irriguées à partir du Tigre et de l'Euphrate, et comprend des céréales, des légumineuses et des dattes. Néanmoins, l'Irak reste un importateur net de produits alimentaires.

L'industrie représente 41,9 % du PIB et emploie 23 % de la population active (Banque mondiale, 2022). Sa part relative dans l'économie continue d'augmenter après avoir atteint un creux de 30 ans en 2015, mais reste bien inférieure aux niveaux observés au début des années 2000. L'économie largement étatique d'Iaq est dominée par le secteur pétrolier, qui fournit environ 85 % des recettes publiques et 80 % des recettes en devises (CIA World Factbook).

On estime que le secteur des services représente 54,2 % du PIB de l'Irak et emploie 59 % de la main-d'œuvre (Banque mondiale, 2022). L'Irak est l'un des pays les plus sous-bancarisés du Moyen-Orient, mais le secteur bancaire, qui appartient encore majoritairement à l'État, fait des pas significatifs vers l'inclusion financière grâce à un nouveau système de paiement électronique pour verser les salaires et les aides sociales du gouvernement à quelque sept millions de citoyens.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 18,3 22,9 58,8
Valeur ajoutée (en % du PIB) 6,1 44,4 50,8
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 14,0 -11,6 -12,5

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché (mot clé).

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Dinar irakien (IQD) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 120,52122,16126,010,10125,52

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

L'Irak est relativement ouvert au commerce extérieur, qui représentait plus de 69 % du PIB du pays en 2019 (Banque mondiale, 2022). La nouvelle politique commerciale du gouvernement irakien vise à intégrer l'économie du pays dans les marchés régionaux et internationaux et, par conséquent, le pays a très peu de barrières commerciales. Le pétrole brut représente plus de 90 % des exportations irakiennes tandis que les produits pétroliers constituent le reste. Le gaz et les autres hydrocarbures gazeux figurent parmi les principaux produits d'importation de l'Iraq, suivis des tubes et tuyaux, ainsi que des transformateurs électriques et des voitures.

Les Émirats arabes unis et la Turquie comptent parmi les principaux partenaires commerciaux de l'Irak. L'Inde, la Chine et les États-Unis sont les trois principales destinations des exportations irakiennes, tandis que la Turquie et la Chine sont de loin les principaux fournisseurs de l'Irak, représentant près de 60 % des importations en Irak (Comtrade, 2021).

Les exportations irakiennes de biens sont tombées à 41,7 milliards USD en 2020 contre 82,3 milliards USD en 2019, tandis que celles de services sont tombées à 3,5 milliards USD contre 7 milliards USD. Dans le même temps, les importations de biens ont baissé à 44,4 milliards USD, et celles de services à 13,6 milliards USD. L'excédent commercial s'est réduit à 5,88 milliards USD contre 32,16 milliards USD un an plus tôt. Le gouvernement irakien a mis en place de nouvelles lois pour renforcer le commerce et a plus récemment cherché à construire une autoroute entre Bagdad et Le Caire via Amman pour stimuler les relations commerciales entre l'Irak, l'Égypte et la Jordanie. L'Irak a également investi dans le renforcement de sa capacité d'exportation d'hydrocarbures, principalement en construisant un port situé dans le golfe Persique. Cependant, en plus de la pandémie de COVID19, l'insécurité, les niveaux élevés de corruption, la fragilité des institutions, le manque de protections juridiques et les réformes structurelles mal mises en œuvre découragent le commerce extérieur.

 
Indicateurs du commerce extérieur 20162017201820192020
Importations de biens (millions USD) 47.90048.50656.87646.26244.484
Exportations de biens (millions USD) 43.73563.60492.83182.30941.738
Importations de services (millions USD) 10.03716.15817.78522.66213.679
Exportations de services (millions USD) 4.8355.6535.3066.9913.499
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) -22,310,416,628,4n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 2,3-0,49,42,7n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 26,525,426,832,5n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 28,133,343,740,0n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) 12.22125.37447.48432.1685.883
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) 2.71415.15035.05516.620-4.110
Commerce extérieur (en % du PIB) 54,658,770,572,5n/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 
 
 
 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

7,3 Mds USD de services exportés en 2019
49,11%
22,70%
12,27%
8,82%
4,47%
1,52%
0,72%
0,20%
0,17%
0,02%
22,8 Mds USD de services importés en 2019
47,89%
29,52%
10,54%
6,00%
2,71%
2,08%
0,89%
0,25%
0,06%
0,04%

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère de l'Intérieur
Ministère des Affaires étrangères
Ministère du Pétrole
Ministère de l'Industrie et des Minéraux
Ministère des Finances
L'office de statistique
Organisation centrale des statistiques
La banque centrale
Banque Centrale d'Irak
Les places boursières
Bourse de l'Irak
Les moteurs de recherche
Google Irak
Bing
Yahoo
Les portails économiques
Entreprises arabes
Portail économique arabe

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Barham Salih (depuis octobre 2018)
Premier ministre : Mustafa Al-Kadhimi (depuis mai 2020)
Les prochaines élections
Législatives : octobre 2025
Les principaux partis politiques
L’Irak est un Etat multipartiste. Suite aux élections de 2018, les cinq principaux partis sont :
-    L’Alliance Sairoun (« En marche ») : dirigée par une célèbre figure nationaliste chiite, Moqtada al-Sadr, et en coalition avec le Parti Communiste irakien.
-    L’Alliance du Fatah : dirigée par l’homme politique pro-Iran Hadi Al-Amri, tête de file de l’organisation Badr, une force de guérilla formée par l’Iran pour combattre l’armée irakienne durant la guerre Iran-Irak
-    L’Alliance al-Nasr (« de la victoire ») : le parti du premier ministre Haider al-Abadi, qui est arrivé seulement troisième lors des élections législatives
-    La Coalition de l’Etat de droit
-    Le Parti démocratique du Kurdistan (PDK)

Parmi les nombreux autres partis religieux, locaux, tribaux et minoritaires plus modestes figurent:
- le Bloc Al Saidqun
- l'Organisation Badr
- le Parti de Da'wa
- le Parti de Fadilah
- le Mouvement de Goran
- le Parti Communiste Irakien
- le Conseil Supreme islamique d'Irak (ISCI)
- la Tendance National de la Sagesse
- le Mouvement de la Nouvelle Génération
- Notre Identité
- l’Union Patriotique de Kurdistan (UPK)
- la Coalition Wataniya

La nature de l'Etat
Représentant Parlementaire Fédéral République Démocratique.
Le pouvoir exécutif
L’Irak est une république parlementaire fédérale. Le pouvoir exécutif est exercé par le Premier Ministre du Conseil des ministres, en tant que chef du gouvernement, ainsi que par le Président de l’Irak. Le Président promulgue les lois que le Parlement a votées.
Le Premier Ministre préside le Conseil des ministres et peut relever un ministre de ses fonctions, avec le soutien de la majorité du Parlement.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est détenu par la Chambre des députés, un parlement composé de 329 membres, dont 320 sont choisis lors des élections législatives, qui se tiennent tous les quatre ans, alors que 9 sont nommés pour représenter les minorités.
Théoriquement, le Conseil de la fédération, composé des représentants des régions et des gouvernorats doit épauler la Chambre des députés, mais dans les faits, il n’a aucun pouvoir, étant donné que sa composition précise et ses responsabilités ne sont pas définies dans la Constitution.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
163/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Évolution de l'épidémie COVID-19
To find out about the latest status of the COVID-19 pandemic evolution and the most up-to-date statistics on the COVID-19 disease in Iraq, please visit this local media.
For the international outlook you can consult the latest situation reports published by the World Health Organisation as well as the global daily statistics on the coronavirus pandemic evolution including data on confirmed cases and deaths by country.
Mesures sanitaires
The most up to date sanitary measures established officially are available on the government´s website . Additionnaly, the latest Iraq’s Ministry of Health guidance to the public can be found here.
Restrictions de voyage
The COVID-19 situation, including the spread of new variants, evolves rapidly and differs from country to country. All travelers need to pay close attention to the conditions at their destination before traveling. Regularly updated information for all countries with regards to Covid-19 related travel restrictions in place including entry regulations, flight bans, test requirements and quarantine is available on TravelDoc Infopage.
It is also highly recommended to consult COVID-19 Travel Regulations Map provided and updated on the daily basis by IATA.
The US government website of Centers of Disease Control and Prevention provides COVID-19 Travel Recommendations by Destination.

The UK Foreign travel advice also provides travelling abroad advice for all countries, including the latest information on coronavirus, safety and security, entry requirements and travel warnings.
Restrictions import & export
For the information on all the measures applicable to movement of goods during the period of sanitary emergency due to the COVID-19 outbreak (including eventual restrictions on imports and exports, if applicable), please consult the website of the Iraq´s Ministry of Foreign Affairs
For a general overview of trade restrictions due to COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Iraq on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
Most of the economic measures taken by the Iraq government to address the impact of the COVID-19 pandemic on the national economy are addressed here.
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) taken by the Iraq government to limit the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic, please consult the section dedicated to Iraq in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
The latest information with regards to business supports in Iraq following the coronavirus epidemic outbreak can be found on the website of the Government of Iraq
For a general overview of international SME support policy responses to the COVID-19 outbreak refer to the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.
Plan de soutien aux exportateurs
The country's government official sources do not provide yet information with regards to specific schemes in support of business or exporting companies following the coronavirus epidemic outbreak. For the updated information please visit the website of the Iraqui Governement.
 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022