S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Emirats Arabes Unis : Investir

drapeau Emirats Arabes Unis Emirats Arabes Unis : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir aux Emirats Arabes Unis | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le Rapport mondial sur l'investissement 2023 de la CNUCED, les entrées d'IDE aux Émirats arabes unis sont passées de 20,6 milliards de dollars en 2021 à 22,7 milliards de dollars en 2022 (+10 %), ce qui en fait la 16e destination mondiale en termes d'attraction des investissements. Les Émirats arabes unis ont consolidé leur position de leader dans la région de l'Asie de l'Ouest, attirant 47,1 % des entrées totales d'IDE, soit l'équivalent de 48,3 milliards de dollars. De plus, ils ont occupé la première place dans la région MENA, avec 32,4 % des entrées totales d'IDE, pour un total de 70,2 milliards de dollars. Au cours de la même période, le stock d'IDE a atteint 194,3 milliards de dollars (environ 43,2 % du PIB). La majeure partie des IDE est concentrée dans les secteurs du commerce, de l'immobilier, de la finance et de l'assurance, de la fabrication, de l'extraction minière et de la construction. Les principaux investisseurs sont le Royaume-Uni, l'Inde, les États-Unis, la France et l'Arabie saoudite. Selon les données de fDi Markets, Dubaï est resté la principale destination mondiale pour attirer les projets d'IDE de greenfield, avec un total de 511 projets enregistrés au cours du premier semestre 2023 (représentant 6,8 % de la part mondiale).

Les atouts des Émirats arabes unis comprennent leur stabilité politique et économique, leur accès facile aux ressources pétrolières, leurs faibles coûts énergétiques, une volonté de diversification de l'économie et un pouvoir d'achat élevé. L'absence de taxation directe des entreprises (à l'exception des banques, des compagnies pétrolières et des opérateurs de télécommunications – voir ci-après) et de taxation directe des revenus, le contrôle des changes et toute limitation sur la rapatriement de capital, ainsi que l'existence d'un secteur bancaire solide et rentable, et un grand nombre de travailleurs expatriés, sont les atouts indéniables du pays. De plus, les Émirats arabes unis ont encore libéralisé leur régime d'IDE avec la promulgation du "Décret sur l'IDE 2020", qui a facilité davantage l'investissement étranger en étendant certains des incitations des zones franches à l'économie plus large. Une décision du cabinet fédéral a permis jusqu'à 100 % de propriété étrangère pour 122 activités économiques dans 13 secteurs industriels. Le gouvernement a également lancé 50 initiatives économiques visant à rendre le pays plus compétitif et à attirer 150 milliards de dollars dans des projets nationaux d'ici 2030. Une série de 40 lois couvrant le commerce, la sécurité en ligne, le droit d'auteur, la résidence, les stupéfiants et d'autres questions sociales a été mise en œuvre, et les entités gouvernementales sont passées à une semaine de travail de quatre jours et demi (Oxford Business Group). À partir de janvier 2023, la Loi no 25 de 2022 favorise à la fois l'investissement local et international dans diverses industries, notamment la transformation des aliments, l'acier, l'aluminium, les plastiques, l'hydrogène, l'aérospatiale, les produits pétrochimiques, les produits pharmaceutiques, la technologie médicale et la technologie agricole. Cette législation vise à aider les fabricants en simplifiant les processus de licence industrielle, en facilitant les études de faisabilité et en fournissant des incitations financières. Elle fait partie du Programme de transformation technologique (TTP) du ministère de l'Industrie des Émirats arabes unis, qui met l'accent sur l'avancement de la technologie de fabrication. D'autre part, les principales faiblesses du pays sont la petite taille de son marché intérieur, la dépendance aux importations et à la situation financière internationale, ainsi qu'au secteur des hydrocarbures. De plus, les Émirats arabes unis ont introduit un impôt sur les sociétés fédéral sur les bénéfices commerciaux à partir de 2023, avec un taux nominal de 9 % (pour les revenus dépassant un seuil particulier). Plusieurs exemptions sont disponibles pour les entreprises opérant dans des secteurs stratégiques (par exemple, l'exploitation des ressources naturelles des Émirats arabes unis, les entités contrôlées par le gouvernement, les fonds de pension ou de sécurité sociale, certains fonds d'investissement, etc.). Les Émirats arabes unis se classent au 24e rang sur 82 pays dans le classement de l'environnement des affaires de The Economist et au 10e rang dans l'Indice de compétitivité mondiale 2023.

 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 19.88420.66722.737
Stocks d'IDE (millions USD) 150.896171.563194.300
Nombre d'investissements greenfield* 389541997
Value of Greenfield Investments (million USD) 8.0696.63111.086

Source : UNCTAD, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES FLUX ENTRANTS D'IDE PAR PAYS ET PAR SECTEUR D'ACTIVITÉ (Données disponibles pour Dubaï)

Les pays investisseurs 2019, en %
États-Unis 21,0
France 16,0
Japon 11,0
Royaume-Uni 7,0
Allemagne 6,0
Les secteurs investis 2019, en %
Hébergement et services de restauration 40,0
Production d'énergie électrique 13,0
Autres services d'information 8,0
Soins de santé et assistance sociale 4,0
Vente en gros et distribution 4,0

Source : Dubai FDI Monitor (Département du développement économique), Dernières données disponibles.

 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
La Limited Liability Company est la forme de compagnie préférée des étrangers. D'une part, elle offre une structure de management souple et une protection des actionnaires minoritaires. D'autre part, elle est facile à former et comme elle est soumise à la loi sur les sociétés, le Ministère de l'économie n'a pas de rôle substanciel à jouer dans la délivrance de la licence.
Les formes d'établissements préférés par les investisseurs
La succursale est la meilleure forme de société car elle dispose de recettes propres et peut faire des transactions commerciales contrairement au bureau de représentation. Dans les deux cas un agent de représentation est requis.
Les principaux investisseurs
Exxon Mobile, Total, Landmark Group, CarrefourUnilever, Fedex, Citibank, Boeing.... La plupart des grandes compagnies mondiales ont fait des investissements sous différentes formes aux Emirats.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir aux Emirats Arabes Unis

Les points forts

Les points forts du pays sont :

  • L'absence de fiscalité directe sur les sociétés (mis à part pour le secteur pétrolier, bancaire et les assurances) et sur les personnes ;
  • L'absence de contrôle des changes ou de toute contrainte en matière de rapatriement des capitaux ;
  • Un climat des affaires de qualité ;
  • Une stabilité politique de long terme ;
  • Une économie dynamique et diversifiée ;
  • De très importantes ressources en hydrocarbures ;
  • Un secteur bancaire solide et rentable, avec un fonds souverain puissant, et des règlements favorables aux investissements étrangers ;
  • La position géographique, faisant du pays une potentielle plate-forme de rayonnement dans tout le Golfe, en Iran, au Moyen-Orient et en Asie ;
  • Une main-d'oeuvre étrangère à faible coût, de très bonnes infrastructures de transport et de fabrication (financées par les revenus des hydrocarbures) et un accès à l'énergie à moindre coût.
Les points faibles

Les handicaps du pays sont :

  • Une dépendance aux hydrocarbures ;
  • Le pays importe beaucoup de produits manufacturés ;
  • Une dépendance à la situation financière internationale ;
  • Des risques de bulles spéculatives ;
  • Un manque de flexibilité dans la politique monétaire ;
  • L'insuffisance du système statistique national ;
  • Dégradation de l'environnement géopolitique régional ;
  • Persistance de freins juridiques à l'investissement étranger.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Les sept émirats ont pris des mesures afin de créer un environnement favorable à l'investissement étranger. Dubaï, Sharjah et Abou Dhabi, notamment, ont des règles très flexibles concernant l'acquisition d'immobilier par les étrangers. Le gouvernement émirati a également établi récemment un nouveau code des entreprises. Les principaux avantages liés à la création d'une entreprise dans la zone franche comprennent l'exonération des taxes à l'importation et à l'exportation, de l'impôt sur les sociétés et de l'impôt sur le revenu des personnes physiques.

Abou Dhabi et Dubaï ont également mis en place un double régime de licences : les entités situées dans les zones franches peuvent être autorisées à exercer des activités commerciales en dehors de la zone franche dans certains secteurs spécifiquement autorisés par le ministère du développement économique de cet émirat.

Les EAU ont publié le décret-loi n° 19 sur l'investissement direct étranger (IDE) en septembre 2018, qui accorde aux sociétés d'investissement étranger autorisées le même traitement que les sociétés nationales, dans la mesure permise par la législation en vigueur.  Une liste négative de secteurs économiques limités par une participation étrangère à 100 % comprend 14 grandes industries.  Le 3 mars 2020, le Conseil des ministres a approuvé une liste positive de secteurs économiques pouvant être détenus à 100 % par des étrangers.  Cette liste comprend des activités dans 13 secteurs, dont les énergies renouvelables, l'espace, l'agriculture, l'industrie manufacturière, le transport et la logistique, l'hôtellerie et la restauration, les services d'information et de communication, les activités professionnelles, scientifiques et techniques, les services administratifs et de soutien, l'éducation, les soins de santé, l'art et le divertissement et la construction.
Malgré ces projets, le cadre réglementaire et juridique favorise toujours les investisseurs nationaux. Il n'y a pas de traitement national pour les investisseurs aux Émirats arabes unis et la propriété étrangère de terres et d'actions reste limitée. Les investisseurs étrangers soulignent la faiblesse des procédures d'arbitrage, la faiblesse des droits de propriété intellectuelle et le manque de transparence. 


Enfin, le cadre réglementaire pour les entreprises varie selon les émirats. Le gouvernement d'Abou Dhabi entend particulièrement améliorer le climat des affaires dans son émirat et déploie le Abu Dhabi Economic Vision 2030 pour attirer des IDE dans les secteurs non pétroliers (industrie, tourisme, transport et logistique, services financiers, immobilier, télécommunication, etc.).

Abu Dhabi Investment Office (ADIO) est le centre gouvernemental qui soutient les investissements dans l'émirat d'Abu Dhabi. Dubai FDI offre des informations essentielles et un soutien indispensable aux entreprises étrangères qui ont l'intention d'investir à Dubaï.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par les Emirats Arabes Unis
Les Emirats ont signé 50 conventions bilatérales sur l'investissement, mais toutes ne sont pas encore entrées en force. Consultez la liste des pays fournie par la CNUCED.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. Les EAU sont impliqués dans 12 affaires en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 4 affaires en tant qu'État défendeur.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICSID , Centre international pour le règlement des disputes d'investissement
ICCWBO , Cour internationale d'arbitrage, Chambre de commerce internationale
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
Les Émirats arabes unis sont signataires de la Convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Emirats Arabes Unis Moyen-Orient & Afrique du nord Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 10,0 6,4 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 10,0 4,8 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 4,0 4,7 9,0 5,0

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Les EAU ont publié le décret-loi n° 19 sur l'investissement direct étranger (IDE) en septembre 2018, qui accorde aux sociétés d'investissement étranger autorisées le même traitement que les sociétés nationales, dans la mesure permise par la législation en vigueur. Néanmoins, dans la pratique, l'augmentation de la propriété étrangère est limitée à quelques secteurs et liée à des exigences coûteuses. Par conséquent, les cas dans lesquels il sera possible et faisable pour une entreprise d'augmenter sa participation étrangère au-delà de 49 % restent rares.
La réglementation concernant les prises de participation
Le Conseil des ministres a approuvé le 3 mars 2020 une liste positive de secteurs économiques pouvant être détenus à 100 % par des entreprises étrangères. 
Les obligations de déclaration
 Il n'y a pas d'obligation particulière de déclarer.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Association mondiale des agences pour la promotion de l'investissement
Demande d'autorisation spécifique
La propriété étrangère est limitée dans les entreprises qui exercent certaines activités réglementées. Dans le domaine de la banque, de l'assurance, de la santé, du transport maritime, de l'éducation, des médias et des télécommunications, des autorisations spécifiques sont requises par les ministères concernés.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Installations temporaires aux Émirats arabes unis.
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Le code civil des Émirats arabes unis (loi fédérale n° 5 de 1985, code civil) ne prévoit aucune interdiction expresse de la propriété de terres étrangères. Toutefois, chaque émir est habilité à adopter ses propres lois pour réglementer la propriété des biens.
Les risques d'appropriation
Jusqu'à présent, aucun investisseur étranger n'a été concerné par des opérations d'expropriation. Il n'existe pas de règles fédérales fixes régissant l'indemnisation des expropriations, et chaque émirat traiterait probablement les expropriations différemment. Dans les faits, il est clair que ce genre de procédure ne serait utilisé que dans des cas de risques très grands et que la compensation serait généreuse.

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les incitations sont accordées aux investisseurs étrangers dans les zones franches. Les principaux avantages liés à l'établissement d'une entreprise dans une zone franche comprennent des exonérations de la taxe à l'importation et à l'exportation, de l'impôt sur les sociétés, de l'impôt sur le revenu des personnes physiques, du rapatriement du capital et des bénéfices, des baux pluriannuels, un accès facile à la mer et aux aéroports, des bâtiments à louer, des raccordements énergétiques (souvent à des prix subventionnés) et une aide au recrutement de main-d'œuvre.
Les domaines privilégiés
Pas d'aides particulières.
Les zones géographiques privilégiés
Les zones de libre-échange des Émirats arabes unis sont des zones qui ont des régimes fiscaux, douaniers et d'importation spéciaux, et qui sont régies par leur propre cadre réglementaire pour les investissements étrangers.
Les zones franches
Beaucoup d'avantages sont accordés aux sociétés étrangères qui s'installent dans les zones franches. Celles-ci ne sont pas soumises à l'exigence d'un actionnaire local majoritaire. Les investisseurs étrangers peuvent détenir 100% du capital. De plus, il n'y a pas de droits de douane sur les importations, ni d'impôts sur les sociétés ou sur le revenu. Les Émirats arabes unis comptent plus de 40 zones franches, dont le :

  • Jebel Ali Free Zone.
  • Centre multi marchandises de Dubaï.
  • Zone franche de l'aéroport de Dubaï.
  • Dubaï Sud.
  • Centre financier international de Dubaï.

En général, les zones franches se concentrent sur différents domaines d'activité, notamment le transport maritime, les matières premières, les médias, les services financiers et les télécommunications, et disposent de leur propre régulateur.

Organismes d'aides publiques et de financement
Le Programme de financement du commerce arabe dont la mission est de promouvoir les exportations arabes propose des facilités de refinancement, des crédits exports avant embarquement et des crédits acheteurs.
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Les IDE aux EAU concernent principalement les secteurs suivants : commerce de gros et de détail, activités immobilières, services financiers et assurances, industrie manufacturière, exploitation des mines et des carrières.
Les secteurs à fort potentiel
Équipement et services aéronautiques, défense, franchise, soins de santé, éducation, énergie électrique, équipements et services liés aux industries de pétrole et de gaz, énergies renouvelables (énorme potentiel photovoltaïque), gestion des ressources naturelles (traitement de l'eau).
Les programmes de privatisation
Abou Dhabi a lancé une politique visant à attirer les investissements étrangers directs et a prévu d'accélérer la privatisation de dix entreprises publiques. Parmi les secteurs concernés figurent l’électricité, l’eau et les transports routiers et aériens.
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info , Appels d'offres aux Emirats Arabes Unis
DgMarket , Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques
Les télécommunications et la poste sont des monopoles. Les industries pétrolières sont un secteur national protégé.Les entreprises d'État sont puissantes aux Émirats arabes unis. Les entreprises d'État sont présentes dans un certain nombre de secteurs, notamment la construction, l'hôtellerie, les transports, les banques et les télécommunications (citons Emirates, Etihad Airways ; Etisalat dans les télécommunications).

Retour vers le haut

Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

Les agences d'aide à l'investissement
Autorité des Investissements de Dubai (Investment Corporation of Dubai)
Autorité des Investissements d'Abu Dhabi
Les autres ressources utiles
Portail Visit Dubai
Annuaire UAE Free Zones
Les guides de l'investisseur
Guide Doing Business in the United Arab Emirates (Baker McKenzie)
Guide Doing business in the UAE (KPMG)
Emirats Arabes Unis - Aperçu du marché (Département américain du Commerce)
 
 
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024