S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Egypte : Contexte politico-économique

drapeau Egypte Egypte : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

L'économie égyptienne a été l'une des plus résilientes et a continué de croître pendant la pandémie de COVID-19. La tendance positive s'est accélérée en 2022, lorsque le PIB a été estimé avoir augmenté de 6,7 %, bien que la croissance ait ralenti à 4,2 % en 2023. Le pays a été confronté à des défis liés à une inflation élevée et des déséquilibres dans sa balance des paiements. Malgré ces problèmes, le soutien fiscal a maintenu la consommation privée, qui devrait gagner en momentum à mesure que l'inflation diminue. La consommation des ménages est restée résiliente, soutenue par des contrôles sur les prix de l'énergie, des subventions alimentaires et une série de mesures fiscales. En revanche, l'investissement des entreprises a fortement diminué, attribué à des contraintes financières accrues et à une incertitude croissante, avec une reprise progressive anticipée. Le FMI prévoit une croissance de seulement 3,6 % cette année avant de passer à 5 % en 2025.

Ces dernières années, l'Égypte a mis en œuvre un programme de réformes économiques comprenant des mesures de consolidation budgétaire, l'introduction d'un taux de change flottant et de fortes réductions des subventions. Le budget pour l'exercice 2023/24 prévoit une amélioration de l'excédent primaire, passant à 2,5 % du PIB par rapport à 1,6 % de l'exercice fiscal précédent. Cependant, le déficit budgétaire a été estimé à 4,6 % du PIB en 2023, principalement en raison des coûts élevés de service de la dette. La stratégie du gouvernement consiste à réduire les subventions énergétiques non ciblées et les subventions alimentaires à large assiette, tout en élargissant simultanément les programmes de transfert monétaire destinés aux plus vulnérables. Les investissements publics, y compris les investissements autofinancés par les entités publiques, devraient connaître une augmentation substantielle en 2023/24 : notamment, en octobre 2023, le gouvernement a annoncé des augmentations des salaires du secteur public et des pensions, ainsi que des ajustements aux exonérations fiscales personnelles. Par conséquent, les dernières perspectives du FMI prévoient un déficit budgétaire supérieur à 10 % sur l'horizon de prévision. La dette publique par rapport au PIB est passée de 88,5 % en 2022 à 92,7 % en 2023, bien que la part détenue par les prêteurs étrangers ne représente qu'environ un tiers du PIB. Le taux de change a montré des fluctuations minimales depuis le début de 2023, après une série de dévaluations ayant vu la livre égyptienne perdre environ 50 % de sa valeur par rapport au dollar américain depuis début 2022. Les autorités continuent de superviser le taux de change et d'imposer des restrictions sur certaines transactions de change. L'OCDE a invité les autorités égyptiennes à continuer de lutter contre l'inflation (à 23,5 % en 2023) en maintenant une politique monétaire stricte et en restreignant les projets d'investissement public qui ne sont pas urgents.

Le taux de chômage s'est établi à 7,1 % en 2023, selon les estimations du FMI, le chômage féminin étant environ quatre fois plus élevé que celui des hommes. Après une légère augmentation à 7,5 % cette année, il devrait revenir autour de 7,1 % d'ici 2025. On estime que les trois quarts de tous les employés sont rémunérés en tant que travailleurs non officiels, 29,7 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et 4,5 % vivent dans une extrême pauvreté, un ratio qui a diminué ces dernières années (CAPMAS - dernières données disponibles). Enfin, le PIB par habitant (PPA) a été estimé à 17 123 dollars en 2023 par le FMI.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 475,23393,91347,59328,85374,25
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 6,73,83,04,44,7
PIB par habitant (USD) 4.5873.7283.2252.9913.337
Solde des finances publiques (en % du PIB) -6,1-5,7-6,1-8,3-6,4
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 88,595,996,482,677,3
Taux d'inflation (%) 8,524,432,525,713,1
Taux de chômage (% de la population active) 7,37,27,17,06,8
Balance des transactions courantes (milliards USD) -16,55-4,71-21,81-7,79-8,97
Balance des transactions courantes (en % du PIB) -3,5-1,2-6,3-2,4-2,4

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture contribue à 10,9 % du PIB de l'Égypte et emploie 20 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Ce secteur a historiquement été important pour l'Égypte, et il représente environ 20 % des exportations totales et des recettes en devises étrangères. Le pays possède 3,9 millions d'hectares de terres agricoles et seulement 45 000 hectares de forêts (FAO). Le climat chaud et l'abondance de l'eau du Nil permettent plusieurs récoltes par an. Les principales cultures sont les céréales, le coton, la canne à sucre et les betteraves. Le pays est également un important producteur de coton à longue fibre, utilisé dans l'industrie textile. Selon les dernières données gouvernementales officielles, les exportations agricoles de l'Égypte ont connu une augmentation de 15 % au cours des dix premiers mois de 2023, atteignant un montant remarquable de 4,3 milliards de dollars.

L'industrie non pétrolière de l'Égypte reste plutôt limitée. Avec la fabrication automobile, l'acier, la culture du coton, la production textile et l'industrie de la construction, le secteur secondaire représente 32,7 % du PIB et emploie 29 % de la population active (Banque mondiale). Dans l'ensemble, le secteur manufacturier à lui seul représente 16 % du PIB, tandis que l'industrie minière ne représente que 0,5 %, mais c'est un secteur stratégique au cœur du plan de développement du pays, car le gouvernement vise à augmenter sa part du PIB à 5 % au cours des deux prochaines décennies (Oxford Business Group). Malgré les efforts de diversification économique, le pays continue de dépendre du canal de Suez pour une grande partie de ses revenus étrangers. La production totale de tous les produits pétroliers en Égypte a atteint 74 millions de tonnes en 2023, dont 28 millions de tonnes de pétrole brut et plus de 45 millions de tonnes de gaz, selon un rapport du ministère égyptien du Pétrole et des Ressources minérales. La même année, l'Égypte a signé 29 accords d'une valeur de 1,2 milliard de dollars pour l'exploration pétrolière et gazière.

Enfin, le secteur des services représente 52,2 % du PIB égyptien et emploie plus de la moitié de la population (52 %). Il est largement dominé par les revenus des secteurs des télécommunications et du tourisme. Selon les chiffres officiels du gouvernement, l'Égypte a attiré environ 13 millions de touristes au cours des neuf premiers mois de 2023, avec des recettes touristiques estimées à près de 14 milliards de dollars d'ici la fin de l'année, marquant une augmentation de 15 % en glissement annuel.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 19,8 29,1 51,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 10,9 32,7 51,4
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 4,0 6,6 6,4

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
55,7/100
Rang mondial :
130
Rang régional :
11

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.47/10
Rang mondial :
62/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des finances
L'office de statistique
Agence Nationale Egyptienne pour les statistiques (en anglais)
La banque centrale
Banque Centrale d'Egypte
Les places boursières
The Egyptian Exchange (EGX)
Les autres ressources utiles
Site d'information officiel du gouvernement (en anglais)
Les principaux journaux on-line
Egypt Today
Egypt Independent
Les portails économiques
Zawya: site d'informations économiques sur le Moyen-Orient
Alibaba: portail économique sur le Moyen-Orient.

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
President : Abdel Fattah El-Sisi (depuis juin 2014 ; réélu pour un second mandat en mars 2018)
Premier ministre : Mostafa Madbouli (depuis juin 2018)
Les prochaines élections
Présidentielle : 2029
Législative : 2025
Le contexte politique actuel
En décembre 2023, l'Égypte a organisé ses élections présidentielles, alors que l'on s'attendait à ce qu'elles aient lieu plus tôt que prévu. Le président sortant, Abdel Fattah el-Sisi, qui a pris ses fonctions à la suite du coup d'État égyptien de 2013, était rééligible en raison d'une modification de la Constitution en 2019 qui a porté la durée maximale des mandats de quatre à six ans, garantissant qu'il ne dépasserait pas la durée maximale du mandat présidentiel de 12 ans au moment de l'élection. Le 18 décembre, il aurait remporté la victoire avec 89,6 % des voix, et le taux de participation aurait été de 66,8 % des électeurs inscrits.
L'Égypte a continué à jouer un rôle de premier plan dans la diplomatie régionale, en accueillant les négociations entre les factions libyennes opposées et en cherchant à jouer un rôle de médiateur dans les conflits qui se déroulent dans d'autres parties du Moyen-Orient. Néanmoins, le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza devrait exercer une forte pression sur la diplomatie égyptienne.
Les principaux partis politiques
Parmi plus de 100 partis, seuls environ 20 sont représentés sous le dôme du Parlement, 5 ont des organes parlementaires avec plus de 10 députés au sein de la Chambre. Ces partis sont :

- Mostakbal Watan (Parti de l'Avenir de la Nation) : nationaliste, populiste
- Al Shaab Al-Gomhouri (Parti du Peuple Républicain) : nationaliste
- Homat El-Watan (Parti des Défenseurs de la Patrie) : centriste
- Nouveau Parti Wafd : libéralisme, conservatisme
- Égypte moderne : centre-droit, libéralisme
- Parti de la Réforme et du Développement : libéralisme, centriste

D'autres partis comprennent :

- Parti social-démocrate égyptien
- Parti de la Liberté
- Parti de la Conférence
- Parti Al-Nour
- Parti National Unioniste Progressiste (Tagammu)
- Parti de la Justice
- Parti Eradet Geel.
La nature de l'Etat
République basée sur la Constitution adoptée par référendum en janvier 2014 (amendée en 2019). L'État a un système de gouvernement présidentiel.
Le pouvoir exécutif
Le Président est le Chef de l'État et le Commandant suprême des forces armées. Il est élu pour un mandat de six ans. Le Président est à la tête du pouvoir exécutif et nomme le Premier ministre, qui doit être approuvé par un vote de confiance au Parlement. Le Président nomme également le chef du Conseil des ministres. Il peut dissoudre l'Assemblée et gouverner par décret. En 2019, le Parlement a voté pour supprimer la limite de deux mandats pour le Président, dont le mandat a été prolongé de quatre à six ans.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est bicaméral depuis le référendum constitutionnel de 2019, approuvé par la Chambre des représentants en juin 2020. Il a établi une chambre haute appelée le Sénat, composé de 300 sièges (100 membres élus directement dans des circonscriptions à siège unique, 100 élus directement par vote de liste fermée, et 100 nommés par le président). La Chambre des représentants est composée de 596 membres élus pour une période de 5 ans au suffrage universel. Le Président peut dissoudre la Chambre des représentants.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
166/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7
Libertés individuelles :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Egypt, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024