Accueil Observer les pays Cuba : Investir

drapeau Cuba Cuba : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir à Cuba | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les opportunités d'investissement

 

Les IDE en chiffres

Cuba n'est actuellement pas incluse dans le rapport annuel Doing Business de la Banque mondiale. Contrairement aux déclarations du Gouvernement cubain, l’île continue de figurer parmi les derniers pays du monde en termes de volume d’IDE. L'embargo américain, qui ne sera probablement pas levé prochainement, continuera à opposer des obstacles juridiques aux entreprises américaines et étrangères. Le gouvernement favorise les investissements qui fournissent une technologie de pointe et contribuent à l'infrastructure. En 2015, Cuba a adopté une nouvelle loi sur les investissements étrangers, qui a introduit des incitations fiscales pour les investisseurs étrangers et a créé une zone économique spéciale avec des allégements fiscaux et douaniers, dans l'espoir d'attirer plus de capitaux étrangers pour stimuler son économie dominée par l'État. La nouvelle législation ouvre la majeure partie de l'économie aux IDE, sauf dans les domaines stratégiques suivants: la santé, l'éducation, les médias et l'armée. Il facilite également le rapatriement des fonds détenus par les immigrants cubains. Le gouvernement vise à attirer 2,5 milliards de USD par an en IDE (Reuters). Les principaux investisseurs à Cuba, généralement via des coentreprises avec des entreprises d'État cubaines, sont l'Espagne, le Canada, le Venezuela, l'Italie et la France. Le Venezuela a réalisé un certain nombre d'investissements stratégiques dans le domaine de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures sous la forme de coentreprises et d'investissements mutuels. La Chine, avec ses projets pétrochimiques et son soutien financier substantiel, est devenue un partenaire très important pour Cuba. En outre, la Russie a l'intention d'investir dans les secteurs cubains de l'énergie et des soins de santé.
En 2020, les flux d'IDE vers l'Amérique latine ont chuté de 45 % pour atteindre 88 milliards USD, soit la plus forte baisse parmi les régions en développement, en raison de la crise économique mondiale déclenchée par la pandémie de Covid-19. Le continent a subi le taux de mortalité COVID-19 le plus élevé au monde à ce jour, et ses économies ont été confrontées à un effondrement de la demande d'exportation, à la chute des prix des matières premières et à la disparition du tourisme. En 2021, les IDE dans la région devraient rester stagnants, remis en cause par de nombreux risques de baisse, notamment les incertitudes économiques et politiques (CNUCED, 2021). Toutefois, selon le gouvernement cubain, Cuba a attiré près de 1,9 milliard d'USD d'investissements étrangers en 2020, soit une augmentation par rapport à 1,7 milliard d'USD en 2019.  Cependant, un manque de transparence statistique empêche la collecte de données fiables sur le montant des entrées d'IDE. Un investissement majeur qui a eu lieu récemment est l'achat de 50 % de Habanos S.A. et d'autres entreprises de cigares haut de gamme pour 1,22 milliard USD par Instant Alliance Limited, basée à Hong Kong, en octobre 2020.


Le dernier "Portefeuille d'opportunités d'investissement étranger" du ministère cubain du Commerce extérieur et de l'Investissement pour 2020-2021 comprend 853 opportunités d'affaires dans le pays. Les priorités d'investissement les plus urgentes restent inchangées : le tourisme, l'énergie (renouvelable et non renouvelable, pour remplacer la baisse des subventions du Venezuela) et l'agriculture (pour lutter contre l'insécurité alimentaire et promouvoir la diversification des exportations). Les autres secteurs d'intérêt comprennent la biotechnologie, la logistique, l'alimentation, la construction, les produits pharmaceutiques, les transports et l'immobilier. Grâce à l'amélioration du cadre législatif pour les investisseurs étrangers, les IDE ont augmenté ces dernières années, en particulier dans le secteur du tourisme. Afin de faciliter l'investissement, le gouvernement a mis en œuvre des réformes supplémentaires axées sur le marché en 2021, telles que l'élimination du système de double monnaie du pays et l'autorisation pour les investisseurs étrangers de détenir la majorité des entreprises. L'Etat a également promu les IDE destinés à la Zone Spéciale de Développement Economique de Mariel à travers son propre cadre réglementaire et des incitations fiscales qui constituent un scénario plus attractif pour les investisseurs. Les investissements étrangers à Cuba continuent d'être essentiels au développement économique du pays et le président a intensifié ses efforts pour attirer davantage d'IDE. Les besoins d'investissement du pays sont pressants, notamment en raison des impacts financiers de l'arrêt du tourisme de huit mois que le pays a traversé en 2020, en raison de la pandémie de coronavirus. ProCuba est l'agence nationale de promotion des investissements pour Cuba, qui offre des informations sur les lois et réglementations pour investir dans le pays, fournit aux investisseurs un guide étape par étape pour investir à Cuba et des conseils généraux pour les investisseurs étrangers. Parmi les attraits de l'investissement à Cuba figurent le fort potentiel touristique du pays, sa main-d'œuvre qualifiée et bon marché et sa situation géographique. Cependant, l'économie cubaine est vulnérable aux facteurs externes, tels que le climat et les prix des matières premières. En outre, la médiocrité des infrastructures, la bureaucratie, l'économie de style soviétique de Cuba, le système de double monnaie du pays et les restrictions américaines plus strictes entravent toujours les investisseurs étrangers.

 
 
Investissement Direct Etranger 201820192020
Nombre d'investissements greenfield* 13101
Value of Greenfield Investments (million USD) 2804.53884

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir à Cuba

Les points forts
La loi sur les investissements directs étrangers est relativement flexible et permet, en théorie, un investissement dans tous les secteurs économiques. Le Gouvernement facilite cependant davantage les investissements qui peuvent apporter une technologie avancée, l’ouverture à un marché, ou bien un montant de capitaux que Cuba ne peut apporter seul, permettant au pays de répondre à sa volonté de substitution aux importations.
Les points faibles
L’économie cubaine reste fortement centralisée ce qui oblige les entreprises étrangères à considérer l’Etat cubain comme un partenaire commercial dans un grand nombre de cas.
C'est l'Etat seul qui autorise les investissements. De plus, le risque politique du pays reste élevé.

De plus, la politique salarial pour les employés cubains reste défavorable aux investisseurs étrangers. Depuis la réforme de 2014, l’employé local perçoit désormais 2 pesos cubains pour un montant de 1 peso convertible (24 pesos cubains) versé par l’investisseur étranger à l’agence d’emploi gouvernemental.

Les mesures mises en place par le gouvernement
Des zones franches industrielles ont été mises en place afin d'attirer les investisseurs étrangers (Havana in Bond, la zone de Wajav ou la zone portuaire de Mariel, par exemple). Elles entraînent l'exonération de l'impôt sur les bénéfices ainsi que de la taxe sur la main d'oeuvre, l'exonération des droits de douane et droits annexes pour toutes les marchandises introduites dans la zone franche. L’exonération d’impôt est valide pendant 12 ans. Les cinq années suivantes, l’entreprise n’est imposée qu'à 50%. Pour les activités commerciales et de services, la période d'exonération s'étend sur une période de 5 ans. La zone portuaire de Mariel propose également un régime salarial spécial.

Le dégel des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba annoncé en décembre 2014 devrait permettre l’arrivée rapide de capitaux provenant en grande partie de la diaspora cubaine vivant aux Etats-Unis (plus d’un million cubains vivent actuellement à Miami). Le montant limité de remises envoyés par les expatriés a en effet été multiplié par quatre (jusqu’à 2.000 USD par trimestre) et devrait permettre de fortifier le secteur privé cubain.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Non
La réglementation concernant les prises de participation
La prise de participation majoritaire au capital d'une entreprise locale est autorisée à Cuba.
Les obligations de déclaration
L'agence de promotion des investissements étrangers dans le pays permet de s'informer sur les autorisations nécessaires à l'implantation.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Ministère du commerce extérieur et de l'investissement étranger
Demande d'autorisation spécifique
non

Find out more about Investment Service Providers in Cuba on GlobalTrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les agences d'aide à l'investissement
Direction d'Evaluation et Gestion de Projets d'Investissement (DEGPI) (Spanish only)
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Tenders Info, Appels d'offres en Cuba
Globaltenders, Appels d'offres et projets à Cuba
DgMarket - Appels d'offres dans le monde, Appels d'offres dans le monde
Les autres ressources utiles
Loi 77 sur l'investissement étranger (en espagnol)
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

Find out more about Investment Service Providers in Cuba on GlobalTrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022