S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Congo-Brazzaville : Contexte politico-économique

drapeau Congo-Brazzaville Congo-Brazzaville : Contexte politico-économique

Dans cette page : Les indicateurs économiques | Les chiffres du commerce international | Les sources d'information économique générale | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Les indicateurs économiques

Fortement dépendante des revenus pétroliers, l'économie de la République du Congo a été significativement affectée par les fluctuations des prix mondiaux du pétrole depuis 2015. Le pays a connu une crise économique et financière majeure en raison de la baisse des prix internationaux du pétrole, entraînant une chute substantielle des recettes d'exportation. Après deux années de récession, une légère croissance a repris en 2018 et 2019. Cependant, la pandémie de COVID-19 a provoqué une nouvelle récession de 8,1 % en 2020. Par la suite, l'économie a commencé à se redresser, avec des taux de croissance de 1,5 % en 2021 et de 1,7 % en 2022. Selon le FMI, la croissance de la République du Congo est estimée à 4 % en 2023, tirée par la croissance du PIB pétrolier (4,4 %) et du secteur non pétrolier (3,9 %). Une nouvelle croissance est attendue en 2024, avec un taux projeté de 4,4 %, principalement en raison de l'augmentation des exportations de la production pétrolière (6,5 %) et de l'expansion du secteur non pétrolier (4 %).

Le projet de loi de finances pour 2024 prévoit des ressources budgétaires de 2 605,7 milliards XOF et des dépenses de 2 069,7 milliards XOF, soit un solde budgétaire global de 536,0 milliards XOF. Cependant, le déficit de trésorerie projeté devrait être de 1 174,0 milliards XOF, soit un déficit global de financement du budget de 638 milliards XOF. En ce qui concerne la dette publique, une restructuration substantielle et l'amélioration des prix du pétrole ont rétabli la viabilité de la dette dans le cadre du programme du FMI. En 2022, la dette publique totale du Congo s'élevait à 13,0 milliards USD (92,5 % du PIB), dont 47 % de dette extérieure et 53,5 % de dette intérieure. Le FMI prévoit une diminution de la dette à 87,3 % du PIB d'ici 2025 dans un contexte de croissance du PIB nominal.
L'inflation, qui était en moyenne de 3 % en 2022, devrait s'accélérer pour atteindre 3,5 % en 2023 en raison de facteurs tels que la déréglementation des prix des carburants et l'augmentation des prix de l'électricité. Toutefois, selon le FMI, l'inflation devrait ralentir à 3,2 % en 2024 et revenir au seuil de 3 % en 2025. La réduction de la vulnérabilité de la dette, le renforcement de la mobilisation des recettes nationales, l'amélioration de l'efficacité des dépenses publiques et la mise en œuvre de réformes structurelles sont des priorités essentielles. Le plan national de développement 2022-2026 met l'accent sur les dépenses sociales et d'infrastructure. Cependant, la diversification économique reste un défi important pour le pays.

Le taux de pauvreté au Congo était alarmant, atteignant 52 % en 2021, avec un faible PIB par habitant estimé à 3 791 USD (PPA) par la Banque mondiale. Le taux de chômage était estimé à environ 20,5 % en 2022, le secteur informel jouant un rôle prépondérant, puisqu'il emploie environ 80 % des travailleurs urbains.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 13,9614,4115,4216,2217,16
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 1,84,04,43,33,8
PIB par habitant (USD) 2.8382.8582.9843.0613.160
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 92,597,891,087,383,1
Taux d'inflation (%) n/a3,53,23,03,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 2,710,570,320,01-0,32
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 19,44,02,10,0-1,9

Source : FMI - World Economic Outlook Database , Latest available data

Note : (e) Donnée estimée

Les principaux secteurs économiques

Au Congo, l'agriculture contribue à hauteur de 8% du PIB et emploie 32% de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles), la majorité pratiquant une agriculture de subsistance. Malgré des terres fertiles, seule une petite partie est cultivée, moins de 10%. Le territoire du pays est principalement recouvert de forêts, qui représentent 70 % de sa superficie. Cependant, la contribution du secteur forestier au PIB n'est que de 5,6 %. L'agriculture se concentre sur l'agriculture de subsistance, ce qui fait que le Congo dépend fortement des importations de produits alimentaires, les "produits alimentaires et boissons" représentant plus de la moitié des biens importés et environ 80 % de la consommation alimentaire nationale. Les principales cultures sont le manioc, la banane plantain, la banane, l'arachide et l'huile de palme.

Le secteur industriel contribue à 49,2 % du PIB et emploie 42 % de la main-d'œuvre, sous l'impulsion des secteurs du pétrole, du bois et des mines. Le Congo est le premier pays producteur de pétrole de la CEMAC, avec une production annuelle estimée à au moins 270 000 barils par jour en 2023. Le pétrole représente un quart du PIB, deux tiers des recettes budgétaires et plus de 80 % des recettes d'exportation en 2023, ce qui rend le Congo très vulnérable aux fluctuations des prix des matières premières. Les entreprises étrangères dominent le secteur pétrolier, TotalEnergies étant le plus grand contributeur à la production annuelle totale de pétrole du pays. Le Congo dispose d'importantes réserves d'hydrocarbures, estimées à 1,8 milliard de barils de pétrole et 284 milliards de mètres cubes de gaz naturel (OPEP). Le secteur manufacturier représente environ 13 % du PIB (Banque mondiale).

Le secteur des services représente 37,3 % du PIB du Congo et emploie 46 % de la main-d'œuvre, fournissant principalement des services de soutien au secteur pétrolier. Il comprend des établissements de vente au détail, des restaurants, des hôtels, des banques, des sociétés de télécommunications (telles qu'Airtel et MTN), des fournisseurs de services Internet (dont Congo Telecom et Vivendi Africa Group), des opérateurs portuaires, des fournisseurs de services pétroliers, des sociétés de transport et des services d'administration publique. Le tourisme est confronté à des défis principalement dus à des problèmes de sécurité et à des infrastructures inadéquates.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 36,3 21,2 42,5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 8,5 36,2 48,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,1 -1,7 5,5

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 
Indicateurs monétaires 20162017201820192020
Franc CFA BEAC (XAF) - Taux de change annuel moyen pour 1 MAD 60,4660,0659,2161,0360,61

Source : Banque Mondiale - Dernières données disponibles.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
50,7/100
Rang mondial :
156
Rang régional :
37

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Les chiffres du commerce international

La politique du commerce extérieur du Congo vise à créer un environnement favorable aux échanges internationaux, qui constituent environ 96% de son PIB (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les droits de douane sont harmonisés par l'Union douanière et économique de l'Afrique centrale (UDEAC), allant de 5% à 30%. En tant que membre de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), le Congo est intégré dans les cadres commerciaux régionaux. Le pétrole brut est le premier produit d'exportation du Congo, représentant 91% des exportations totales en 2022. Le bois brut suit comme deuxième poste d'exportation (3%), les huiles de pétrole ou minéraux bitumineux (2,04%) et les bois sciés (2,0%) y contribuant également (données Ministère français de l'économie). En termes d'importations, les produits agricoles et agroalimentaires sont les premiers postes, avec une valeur totale de 400 milliards XOF. Cette catégorie comprend des produits tels que les "viandes et abats comestibles", le "blé et méteil", le "poisson", l'huile de palme et le riz. Les "instruments et appareils pour la médecine" constituent la deuxième catégorie d'importation (6,2 %), suivie par les "médicaments" (2,4 % - données du ministère français de l'Économie).

En 2022, la Chine s'est imposée comme le premier client et fournisseur du Congo, avec 51% des exportations congolaises et 29% des parts de marché à l'importation (données ministère français de l'économie). L'Asie absorbe 72% des exportations congolaises, principalement constituées de pétrole et de bois, suivie de l'Europe (19%), de l'Amérique (4%) et de l'Afrique (3%). Malgré cela, les exportations vers d'autres pays africains sont restées marginales, ce qui témoigne d'une intégration et d'une diversification régionales limitées.

Le Congo maintient une balance commerciale structurellement positive, en grande partie grâce à ses exportations importantes d'hydrocarbures. En 2022, ses exportations et importations de biens étaient évaluées à 10,6 milliards USD et 3 milliards USD, respectivement (données de l'OMC). L'excédent commercial du pays a été estimé à 29,5 % du PIB, contre 20,1 % l'année précédente (Banque mondiale, dernières données disponibles).

 
Indicateurs du commerce extérieur 20192020202120222023
Importations de biens (millions USD) 2.2421.9082.3523.0403.950
Exportations de biens (millions USD) 5.5764.8937.3907.1605.970
Importations de services (millions USD) 1.6631.04100n/a
Exportations de services (millions USD) 26523400n/a
Importations de biens et services (croissance annuelle en %) 3,2-36,32,54,8n/a
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 7,4-11,1-12,2-0,9n/a
Importations de biens et services (en % du PIB) 53,242,437,240,2n/a
Exportations des biens et services (en % du PIB) 73,857,058,571,4n/a
Balance commerciale (hors services) (millions USD) 4.3082.199n/an/an/a
Balance commerciale (services inclus) (millions USD) 2.9101.391n/an/an/a
Commerce extérieur (en % du PIB) 127,099,495,6111,6n/a

Source : OMC - Organisation Mondiale du Commerce ; Banque Mondiale , dernières données disponibles

 
 
 
 
 

Pour aller plus loin, consultez notre service Flux Import-Export.

 
 

Principaux services échangés

0,2 Mds USD de services exportés en 2020
59,42%
32,32%
3,60%
1,71%
1,65%
1,06%
0,18%
0,04%
0,01%
0,01%
1,0 Mds USD de services importés en 2020
59,07%
21,66%
10,32%
3,43%
3,09%
0,78%
0,70%
0,58%
0,27%
0,10%

Source : Département des statistiques des Nations Unies, dernières données disponibles

Return to top

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des finances et du budget
Ministère des hydrocarbures
L'office de statistique
Institut National des Statistiques
La banque centrale
Banque Centrale des Etats d'Afrique Centrale
Les places boursières
Le ROC n'a pas de bourse. Les sociétés basées au ROC peuvent être cotées à la Bourse des valeurs mobilières de la zone CEMAC (BVMAC).
Les moteurs de recherche
Google Congo
YellowPages of Africa
Les portails économiques

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président : Denis Sassou Nguesso (depuis le 25 octobre 1997)
Premier ministre : Anatole Collinet Makosso (depuis le 12 mai 2021)
Les prochaines élections
Présidentielle : Mars 2026
Sénat : 2029
Assemblée nationale : juillet 2027
Les principaux partis politiques
Bien que la République du Congo soit officiellement un pays multipartite, le Parti congolais du travail (socialiste démocratique) est le parti dominant et les partis d'opposition sont largement considérés comme n'ayant aucune chance réelle d'accéder au pouvoir. Les autres grands partis sont les suivants

- l'Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP)
- Mouvement d'action pour le renouveau (MAR)
- Rassemblement des citoyens (RC)
- Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI)
- Mouvement pour l'unité, la solidarité et le travail (MUST)
- Union panafricaine pour le développement social (UPADS)
- Parti pour l'Unité et la République (PUR)
- Union patriotique pour la démocratie et le progrès (UPDP)
- Club Perspectives et Réalités (CPR)
- Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès Social (RDPS)
- Parti républicain et libéral (PRL)
- Union des forces démocratiques (UDF)
- Union pour la Démocratie et la République (UDR)
- Union pour la République (UR).

La nature de l'Etat
République présidentielle
Le pouvoir exécutif
Selon la Constitution, le Président de la République est le chef de l'exécutif et le chef de l'État. Le président est élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans (avec un maximum de deux mandats). Suite à l'approbation d'une nouvelle Constitution après un référendum en 2015, la République du Congo est devenue une république semi-présidentielle par la création du poste de premier ministre (qui est responsable devant le corps législatif et le cabinet).
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est dévolu au parlement, qui se compose de deux chambres : l'Assemblée nationale, dont les membres sont élus pour un mandat de cinq ans dans des circonscriptions uninominales (72 sièges), et le Sénat, dont les membres sont élus pour un mandat de six ans par les conseils de district, locaux et régionaux (151 sièges).
Toutefois, l'exécutif joue un rôle majeur dans le processus législatif, puisque le cabinet délibère sur les projets de loi, les projets d'ordonnance et les projets de décret. En outre, le président a le pouvoir - en même temps que les membres du parlement - d'initier des projets de loi à déposer au parlement.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
118/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the government of Congo, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024