S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Bangladesh : Investir

drapeau Bangladesh Bangladesh : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir au Bangladesh | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les opportunités d'investissement

 

Les IDE en chiffres

Selon le Rapport sur l'investissement mondial de la CNUCED pour l'année 2023, les entrées d'IDE au Bangladesh ont augmenté de 20,2 % pour atteindre 3,48 milliards de dollars en 2022 (contre 2,89 milliards de dollars en 2021). Au cours de la même année, le stock total d'IDE était estimé à 21,1 milliards de dollars, représentant seulement 4,6 % du PIB du pays. Les chiffres de la Banque nationale montrent que, au cours de l'exercice 2022-23, les entrées nettes d'IDE se sont élevées à 3,25 milliards de dollars, marquant une baisse de 189,95 millions de dollars ou 5,5 % par rapport à l'exercice 2021-22 et une augmentation de 29,6 % par rapport à l'exercice 2020-21. En FY 2022-23, les entrées nettes d'IDE par blocs de pays ont montré que d'autres pays européens (OEC) étaient en tête avec 0,828 milliard de dollars, en baisse par rapport à 0,845 milliard de dollars lors de l'exercice précédent. L'Union européenne (UE) a suivi avec 0,729 milliard de dollars, en hausse par rapport à 0,624 milliard de dollars. D'autres pays asiatiques (OAC) ont contribué pour 0,659 milliard de dollars, en baisse par rapport à 0,836 milliard de dollars, tandis que l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) a investi 0,351 milliard de dollars, contre 0,423 milliard de dollars lors de l'exercice fiscal précédent. En FY 2022-23, le secteur manufacturier a attiré les plus importantes entrées nettes d'IDE, totalisant 1,316 milliard de dollars ou 40,5 %. Il s'agissait principalement des textiles et des vêtements (0,662 milliard de dollars ou 20,4 %), des produits alimentaires (0,256 milliard de dollars ou 7,9 %) et du cuir et des produits en cuir (0,121 milliard de dollars ou 3,7 %). Les secteurs suivants les plus attractifs étaient l'énergie, le gaz et le pétrole, qui ont attiré 0,691 milliard de dollars ou 21,3 %, comprenant l'énergie (0,365 milliard de dollars ou 11,2 %) et le gaz et le pétrole (0,326 milliard de dollars ou 10,0 %). Le transport, le stockage et la communication se classaient troisième, attirant 0,463 milliard de dollars ou 14,3 %, principalement du secteur des télécommunications (0,434 milliard de dollars ou 13,4 %). Le commerce et le commerce ont suivi, attirant 0,404 milliard de dollars ou 12,4 %, avec la banque (0,364 milliard de dollars ou 11,2 %) et le commerce (0,055 milliard de dollars ou 1,7 %) comme principaux contributeurs. Enfin, les services ont attiré 0,243 milliard de dollars ou 7,5 %, principalement du secteur des autres services (0,186 milliard de dollars ou 5,7 %).

Malgré une croissance économique régulière dans le pays au cours de la dernière décennie, les investissements directs étrangers ont été relativement faibles au Bangladesh par rapport aux pays voisins. Le Bangladesh souffre d'une image négative : le pays est perçu comme extrêmement pauvre, sous-développé, sujet à des catastrophes naturelles dévastatrices et à une instabilité socio-politique. Les marchés financiers du Bangladesh en sont à leurs débuts, et le secteur financier dépend fortement des banques. En 2022, le secteur a connu un scandale important où 11 banques ont accumulé un déficit collectif de 3,1 milliards de dollars. Cependant, le pays a l'avantage d'être dans une position géographique stratégique entre l'Asie du Sud et du Sud-Est. De plus, son potentiel de consommation intérieure et la richesse de ses ressources naturelles font du pays un bon candidat pour l'investissement. Le gouvernement encourage la croissance dirigée par le secteur privé, les devises étrangères sont abondantes grâce aux envois de fonds, et la banque centrale respecte la transférabilité des devises étrangères. Un certain nombre de pays asiatiques plus développés ont externalisé leur production industrielle, principalement textile, vers le pays. De plus, le gouvernement a simplifié un ensemble de lois dans le cadre de ses efforts pour réduire les obstacles à l'investissement étranger. Les entités privées étrangères et nationales ont la liberté d'établir, d'exploiter et de céder des intérêts dans la plupart des entreprises. Cependant, le gouvernement impose des restrictions sur la propriété et le contrôle étrangers dans certains secteurs. Quatre secteurs sont exclusivement réservés à l'investissement gouvernemental : armes, munitions et équipement de défense ; plantations forestières et extraction mécanisée dans les forêts réservées ; production d'énergie nucléaire ; et impression sécurisée (par exemple, monnaie). Alors que les investissements privés sont autorisés dans la production d'énergie et l'exploration de gaz naturel, la pleine propriété étrangère dans la commercialisation du pétrole et la distribution de gaz n'est pas permise. La propriété étrangère dans les télécommunications est plafonnée à 60 % (70 % pour le partage de tours). Dix-sept secteurs, y compris l'aviation, la banque, le charbon, le gaz naturel et l'exploration minière, nécessitent une autorisation opérationnelle des ministères. Le Bangladesh se classe 105e parmi les 132 économies du Global Innovation Index 2023 et 116e sur 184 pays sur le dernier Index de la liberté économique.

 
 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 2.5642.8963.480
Stocks d'IDE (millions USD) 19.39521.58221.158
Nombre d'investissements greenfield* 161521
Value of Greenfield Investments (million USD) 8051.036456

Source : CNUCED - Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir au Bangladesh

Les points forts

Les principaux atouts de l’économie du Bangladesh sont les suivants :

  • Une bonne stabilité macroéconomique caractérisée par un taux de croissance élevé de 8,2% en 2019 et 3,8% en 2020 (FMI) ainsi qu'un niveau satisfaisant de la dette publique de 39,6% en 2020 (FMI) ;
  • Une économie ouverte et diversifiée ;
  • Une main-d'œuvre très bon marché ;
  • Une position géographique stratégique comme porte d'entrée vers les pays de la région Asie-Pacifique ;
  • Une position stratégique et compétitive dans la chaîne de valeur ajoutée de l’économie mondiale ;
  • Un environnement économique et législatif globalement favorable aux affaires.
  • Une biodiversité et des conditions météolorogiques avantageuses
Les points faibles

Parmi les principaux freins à l’attraction d'investissement on peut citer :

  • Un environnement des affaires rendu compliqué par la faiblesse des infrastructures du pays, la lourdeur de sa bureaucratie, le risque élevé de corruption et un manque de transparence et enfin la lenteur du système judiciaire ;
  • Des exportations pas assez diversifiées et très dépendantes du secteur du textile ;
  • Une stabilité politique fragile menacée par des mouvements sociaux récurrents ;
  • La faiblesse du secteur financier ;
  • Une vulnérabilité face aux catastrophes naturelles (cyclones, graves inondations) qui entraînent des pertes de revenus substantielles.
  • Une économie dépendante de l'industrie du vêtement et caractérisée par un faible revenu par habitant.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Le gouvernement du Bangladesh cherche activement à attirer les investissements étrangers, en particulier dans les secteurs de l'énergie et des infrastructures. De nombreuses mesures incitatives sont mises en place à travers la politique industrielle, la stratégie de croissance par les exportations et le programme de partenariats public-privé (PPP) lancé en 2009.

Afin d’atténuer les risques d’une trop grande dépendance de la production industrielle envers la filière textile (plus de 86 % des recettes d'exportation du Bangladesh proviennent des textiles, selon les dernières données disponibles de la Bangladesh Textile Mills Association), le gouvernement cherche à développer certains secteurs en particulier et accorde aux entreprises intervenant dans ces domaines des conditions incitatives et particulièrement favorables : il s’agit des produits agricoles et agro-industriels, de l’industrie mécanique légère, des chaussures et articles en cuir, des produits pharmaceutiques, des logiciels et produits des TIC et de la construction navale.

Le gouvernement a également lancé au cours de ces dernières années de nombreux projets d’infrastructures : le projet de construction d’un pont routier et ferroviaire sur le fleuve Padma et du métro de Dacca par exemple.

À noter en revanche que bien qu'il n’existe peu de discrimination contre les investisseurs étrangers, le gouvernement favorise souvent les industries locales. Par exemple, l'importation de médicaments qui concurrencent les produits pharmaceutiques fabriqués localement est étroitement contrôlée, et une participation majoritaire locale dans les nouvelles compagnies maritimes est exigée.

Les conventions bilatérales d'investissement signées par le Bangladesh
Le Bangladesh a signé 30 accords d'investissements bilatéraux. Pour plus de détails voir le site de la CNUCED.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
En général, aucune restriction n'est imposée sur la propriété ou l'investissement étranger.
La réglementation concernant les prises de participation
Il n'y a pas d'obstacle à l'acquisition d'entreprises locales par des investisseurs étrangers, lesquels peuvent également acheter des entreprises destinées à être privatisées. Quatre secteurs, cependant, sont réservés au gouvernement: les armes et munitions, les plantations forestières, la production d'énergie nucléaire, et l'impression liée à la sécurité.
Les obligations de déclaration
Tout investissement étranger dans le secteur de la confection, des banques, des compagnies d'assurance et des institutions financières nécessite une pré-inscription. Il est par ailleurs conseillé d'enregistrer les entités commerciales pour pouvoir bénéficier des diverses mesures d'aides du gouvernement.
L'organisme auprès duquel déclarer l'investissement
Bureau des Investissements au Bangladesh (BOI)
Bangladesh Small Cottage and Industry Corporation (BSCIC)
Ministère de l'Environnement
Demande d'autorisation spécifique
Tout investissement étranger dans le secteur de la confection, des banques, des compagnies d'assurance et des institutions financières nécessite une pré-inscription.

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les agences d'aide à l'investissement
Autorité du développement de l'investissement au Bangladesh (BIDA)
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
DgMarket, Appels d'offres dans le monde
Banque asiatique de développement, Appels d'offres et projets en Asie
Central Procurement Technical Unit (CPTU), Appels d'offres au Bangladesh
Les autres ressources utiles
Incitations à l'investissement (Banque centrale du Bangladesh)
 
 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024