S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Argentine : Contexte politico-économique

drapeau Argentine Argentine : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Argentine a une longue histoire d'instabilité politique et économique - avec des fluctuations de croissance importantes chaque année. En 2022, le pays a enregistré une croissance du PIB estimée à 4 %, principalement grâce à la consommation privée et à la reprise des secteurs précédemment touchés par la pandémie. Toutefois, la deuxième économie d'Amérique du Sud devrait connaître une croissance plus lente dans les années à venir, le FMI prévoyant une croissance du PIB de 2 % pour 2023 et 2024, car le resserrement monétaire et les pressions sur les prix devraient affaiblir les marchés du travail et la consommation privée.

Depuis 1950, l'Argentine a passé 33 % du temps en récession, ce qui la place au deuxième rang mondial derrière la République démocratique du Congo, selon la Banque mondiale. L'inflation structurellement élevée du pays a augmenté en 2022 pour atteindre un taux estimé à 72,4 %, selon le FMI, car une grande partie du déficit budgétaire a été monétisée et le peso s'est déprécié en raison de l'absence de plan économique crédible de la part du gouvernement. Afin de freiner les pressions inflationnistes, le gouvernement a mis en place de nouveaux taux de change, alors qu'il en existe déjà plus de dix dans le pays. Selon le FMI, le solde des administrations publiques en Argentine représentait, selon les estimations, -3,8 % du PIB, tandis que la dette publique atteignait 76 % en 2022. En outre, le pays a progressé dans la renégociation de sa dette de 40 milliards de dollars US avec le FMI, et est parvenu à un accord en 2022. Ainsi, le pays devrait continuer sur sa lancée pour réduire le déséquilibre macroéconomique et rétablir l'ordre budgétaire dans les années à venir. Bien que la pandémie ait eu un impact significatif sur l'économie argentine, le pays se redresse, le gouvernement mettant en œuvre des mesures pour contrer la crise économique provoqué par le COVID-19.

En 2022, le taux de chômage en Argentine est tombé à un niveau estimé à 6,9 %, ce qui correspond à la reprise économique que le pays a connue, et il devrait rester stable en 2023 et 2024. Cependant, même si l'emploi formel a augmenté, l'informalité élevée du travail reste une préoccupation dans le pays. Le gouvernement argentin a rencontré des difficultés pour lutter contre les niveaux élevés de pauvreté, qui touche plus de 40% de la population. La situation sociale du pays est caractérisée par des tensions sous-jacentes constantes entre le gouvernement et les syndicats au sujet des réformes annoncées. Le pays est également divisé entre les autorités centrales et décentralisées au sujet de la répartition des recettes fédérales. Les réseaux d'infrastructures nécessitent davantage d'investissements car l'accès à l'électricité et à l'eau dans les zones rurales n'est pas toujours assuré.

 
Indicateurs de croissance 202020212022 (E)2023 (E)2024 (E)
PIB (milliards USD) 389,06486,70632,24641,10638,58
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) -9,910,45,20,22,0
PIB par habitant (USD) 8.57210.61713.65513.70913.520
Solde des finances publiques (en % du PIB) -5,2-3,5-4,2-3,7-3,5
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 102,880,984,576,373,6
Taux d'inflation (%) 42,048,472,498,660,1
Taux de chômage (% de la population active) 11,68,87,07,67,4
Balance des transactions courantes (milliards USD) 3,096,74-4,126,325,27
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 0,81,4-0,71,00,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

Malgré les difficultés économiques qu'elle a rencontré récemment, l'Argentine continue de jouer un rôle important dans l'économie mondiale, notamment en ce qui concerne sa production agricole. Ce secteur repose principalement sur l'élevage, la culture de céréales (blé, maïs et soja transgénique), les agrumes, le tabac, le thé et le raisin (principalement pour la production de vin). L'Argentine est le premier exportateur mondial de produits dérivés du soja et le troisième producteur mondial de ces produits. Le soja et la canne à sucre sont largement cultivés pour la production de biocarburants. En conséquence, le pays est le premier exportateur et le sixième producteur mondial de biodiesel. Le secteur agricole représente 7,1 % du PIB du pays, mais il n'emploie que 0,1 % de la population, selon la Banque mondiale. En outre, étant donné que le pays est riche en ressources énergétiques, l'Argentine dispose également d'un grand potentiel en termes de matières premières : elle est le quatrième producteur de gaz naturel d'Amérique latine, et elle possède la troisième plus grande réserve de gaz de schiste au monde et la quatrième plus grande réserve de lithium. Les exportations agricoles sont une source essentielle de revenus pour l'Argentine, d'autant plus que le pays sort d'une récession qui a été exacerbée par la pandémie. Toutefois, en 2022, l'Argentine a connu la pire sécheresse depuis des décennies, ce qui a eu un impact considérable sur les cultures de blé, de maïs et de soja du pays.

Le secteur industriel s'est largement développé ces dernières années. Selon les dernières données de la Banque mondiale, ce secteur représente 23,6 % du PIB et emploie 21,8 % de la population. La transformation et le conditionnement des aliments - en particulier le conditionnement de la viande, la mouture et la mise en conserve de la farine - et la minoterie sont les principales industries du pays. Le secteur industriel est également dynamique dans les domaines suivants : véhicules automobiles et pièces détachées, biens de consommation durables, textiles, produits chimiques et pétrochimiques, produits pharmaceutiques, imprimerie, métallurgie et acier, machines industrielles et agricoles, électronique et appareils ménagers. L'activité industrielle en Argentine a poursuivi sa croissance en 2022, enregistrant une reprise régulière après les impacts de la pandémie.

Le secteur des services est le principal contributeur au PIB, avec 52,5 %, et il emploie 78,1 % de la main-d'œuvre active. L'Argentine s'est spécialisée dans les domaines des services de haute technologie et est très compétitive dans le développement de logiciels, les centres d'appels, l'énergie nucléaire et le tourisme. Les secteurs de la téléphonie et des TIC connaissent également un développement dynamique, de même que le tourisme, qui est un secteur de plus en plus important. En 2022, le tourisme a connu une croissance importante, la dépréciation du Peso ayant fait du pays une destination attrayante pour les visiteurs étrangers. En conséquence, le nombre de touristes en Argentine a bondi en 2022 pour retrouver son niveau d'avant la pandémie.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 0,1 21,8 78,1
Valeur ajoutée (en % du PIB) 7,1 23,6 52,5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 0,7 15,3 9,0

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
52,7/100
Rang mondial :
148
Rang régional :
26



 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
4,98/10
Rang mondial :
73/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Liste Officielle des Ministères
Portail de la République Argentine
Ministère de l'Economie et des Finances Publiques
Ministère des Affaires étrangères, du Commerce international et de la Religion
L'office de statistique
Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC)
La banque centrale
Banco Central de la República Argentina
Les places boursières
Bourse de Buenos Aires (Bolsa de Comercio de Buenos Aires)
Les autres ressources utiles
Asociación de Importadores y Exportadores de la República Argentina (AIERA)
Les principaux journaux on-line
La Nación
Clarín
Cronista
La Prensa
Apertura
Página12
El Economista
Infobae Económico
Prensa Económica
Les portails économiques
Ministère de l'Economie et des Finances publiques

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président-élu : Alberto Fernández (depuis le 10 décembre 2019) ; le président est à la fois chef d'État et chef de gouvernement. 
Les prochaines élections
Présidentielle : octobre 2023
Législative (Sénat et Chambre des députés) : octobre 2023
Le contexte politique actuel
Le président Alberto Fernández, qui a pris ses fonctions en décembre 2019, a été élu sur des promesses de ressusciter l'économie argentine après une longue période de ralentissement économique. Cependant, les impacts économiques et sociaux négatifs de la pandémie et les revers du processus de réouverture ont entraîné une chute importante de sa popularité. En 2021, la position modérée du gouvernement a fait place à l'orientation dure et interventionniste de la vice-présidente Cristina Kirchner. En conséquence, lors des élections législatives, qui ont eu lieu en novembre 2021, le parti péroniste au pouvoir en Argentine a vu sa coalition de centre-gauche perdre sa majorité au Congrès pour la première fois en près de 40 ans. En mars 2022, le Congrès a approuvé un accord de dette de 45 milliards de dollars avec le FMI. Cependant, le FMI n'étant pas une institution populaire parmi les Argentins, l'accord peut encore faire baisser la popularité du président. Néanmoins, l'accord fournira aux investisseurs une certitude juridique et macroéconomique, ce qui constitue un grand pas vers le retour à une croissance forte et une partie importante de la stratégie du président pour attirer de nouveaux investissements tout en traitant le problème de la dette de l'Argentine et en s'attaquant à d'autres problèmes tels que l'inflation, la pauvreté et le chômage. En outre, un désaccord entre Fernandez et Kirchner a ajouté à l'instabilité du pays, puisque la vice-présidente a évincé le premier ministre des finances du pays, Martin Guzman, en juillet 2022, pour avoir tenté de mettre en œuvre un accord avec le FMI qui exigeait une réduction considérable du déficit et un contrôle plus strict de la masse monétaire par la banque centrale. Après son départ, Sergio Massa est devenu ministre de l'économie, de la production et de l'agriculture, avec pour principal objectif de contrôler l'inflation croissante du pays en réduisant les dépenses publiques et en augmentant les réserves de change. À l'approche des élections générales de 2023, la politique et l'économie s'entremêlent de plus en plus, car la situation économique de l'Argentine risque d'avoir un impact sur les scrutins.
Les principaux partis politiques
- Front de tous (Frente de Todos): coalition qui vise à créer une union de tous les partis de centre-gauche et de gauche, du péronisme, du kirchnérisme, de la social-démocratie, du socialisme démocratique et du progressisme
- Together For Change (JxC): anciennement connu sous le nom de Cambiemos. Centre-gauche à centre-droit, coalition de grandes tentes, libéralisme, conservatisme, social-démocratie, péronisme fédéral et démocratie chrétienne
- Consensus fédéral (Consenso Federal): coalition politique centrale, péronisme fédéral et progressisme
- Front de gauche ouvrier (FIT): alliance d'extrême gauche, s'identifie idéologiquement au trotskysme
- Advance Freedom (Avanza Libertad) : coalition de centre-droit, libéralisme économique, conservatisme social
- Nous (NOS) : coalition de droite, nationalisme catholique, conservatisme, populisme de droite
La nature de l'Etat
L'Argentine est une république démocratique fédérale représentative.
Le pouvoir exécutif
Le pouvoir exécutif est détenu par le Président de la nation argentine et il lui incombe de répondre aux intérêts nationaux. Le Président est le chef du gouvernement et le chef de l'État, la personne responsable de l'administration générale du pays et le commandant en chef des forces armées. Le Président est élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans et peut être réélu pour un autre mandat consécutif. Le vice-président est élu aux côtés du président. Le président nomme les membres du Conseil des ministres.

L'Argentine compte 23 provinces et un district fédéral autonome. Chaque province conserve certains pouvoirs qui n'appartiennent pas au gouvernement fédéral et élit ses propres législateurs et gouverneurs provinciaux.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est détenu par le Congrès national (Congreso Nacional), un organe bicaméral. La Chambre des députés (chambre basse) est composée de 257 membres, élus pour quatre ans au suffrage universel direct et renouvelés par moitié tous les deux ans. Le Sénat (chambre haute) est composé de 72 membres, élus pour six ans au suffrage universel direct, avec un tiers des membres élus tous les deux ans.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
69/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Libre
Liberté politique :
2/7
Libertés individuelles :
2/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
For the general overview of the key economic policy responses to the COVID-19 pandemic (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the Argentine government, please consult the section dedicated to Argentina in the IMF’s Policy Tracker platform.
Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2023