S'identifier / S'inscrire

Accueil Observer les pays Algérie : Contexte politico-économique

drapeau Algérie Algérie : Contexte politico-économique

Dans cette page : Le contexte économique | Le contexte politique | Réponse du pays au COVID-19

 

Le contexte économique

La conjoncture économique

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie algérienne est principalement tirée par les hydrocarbures et les investissements publics, les premiers représentant 40 % du PIB, 94 % des exportations et un tiers des recettes fiscales. En 2022, le pays a bénéficié des prix élevés de l'énergie et de l'augmentation de la demande de l'Europe qui a suivi les sanctions de l'UE contre la Russie : globalement, le FMI a estimé la croissance à 4,7 %. La même année, la croissance du PIB hors hydrocarbures devrait s'accélérer à 3,2 %, contre 2,1 % un an plus tôt (FMI), malgré l'érosion du pouvoir d'achat des ménages causée par l'inflation induite par les prix alimentaires. Pour 2023, la croissance du PIB est prévue à 2,6% dans un contexte de baisse des investissements (notamment dans le secteur privé), avec une nouvelle décélération pour 2024 (2% selon le FMI).

Ces dernières années, la persistance d'importants déficits budgétaires et extérieurs courants a réduit la marge de manœuvre politique, la dette publique ayant augmenté de manière significative et les réserves internationales ayant diminué (FMI). La situation ne s'est améliorée que partiellement en 2022, la hausse des revenus des hydrocarbures ayant contribué à compenser les dépenses de fonctionnement et d'investissement de l'État et la part importante des transferts sociaux (estimés à environ 9,5 % du PIB selon Coface). Néanmoins, une aussi forte dépendance aux prix du pétrole souligne la nécessité d'une diversification économique, notamment vers la pétrochimie, le gaz et les produits agricoles à fort potentiel d'exportation. Après avoir explosé à la suite de la crise du COVID-19, le ratio dette publique/PIB est tombé à 62,7 % en 2022, mais il devrait suivre une tendance à la hausse sur l'horizon de prévision, à 70,3 % cette année et à 75,6 % en 2024 (FMI ). Dans l'ensemble, le niveau de la dette extérieure de l'Algérie est très faible (moins de 3 % du PIB) mais pourrait augmenter en cas de chocs défavorables ou si les déficits budgétaires se creusent. Les réserves de change diminuent depuis 2013, passant de 195 milliards USD à 53,5 milliards USD en septembre 2022. Les pressions inflationnistes se sont intensifiées en raison de la hausse des prix alimentaires internationaux et d'un épisode de sécheresse : le taux d'inflation annuel moyen a atteint 9,7 % en 2022, un niveau jamais vu depuis 25 ans. La banque centrale a pris des mesures pour contrôler les pressions sur les prix, mais la politique monétaire est restée accommodante et le FMI s'attend à ce que l'inflation reste élevée en 2023 (8,7%) et 2024 (9,3%). Le nouveau plan d'action du gouvernement comprend un large éventail de réformes pour accompagner la transition vers une économie plus diversifiée et durable et renforcer la gouvernance et la cohésion sociale, en mettant par exemple l'accent sur le secteur minier (fer, phosphate), conformément au plan national 2021-2023. programme minier. De plus, le pays cherche des moyens de réduire sa dépendance au gaz pour la production d'électricité en investissant dans l'énergie solaire.

Selon les estimations du FMI, le chômage a atteint 13,7 % de la population en 2022. Selon la Banque mondiale, le chômage est le plus élevé chez les jeunes, les femmes et les diplômés en raison de l'inadéquation des compétences sur le marché du travail. Avec un taux de chômage des jeunes supérieur à 30 %, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a annoncé en 2022 une nouvelle allocation de chômage pour les primo-demandeurs d'emploi âgés de 19 à 40 ans. Il existe également de grandes différences entre les conditions de vie dans les villes et les zones rurales, et une instabilité causée par des groupes radicaux. aux frontières de l'Algérie reste un facteur de risque.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 195,06224,11239,21247,74255,32
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,23,83,12,51,9
PIB par habitant (USD) 4.3074.8755.1305.2435.336
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 55,655,158,863,968,1
Taux d'inflation (%) n/a9,06,86,35,9
Taux de chômage (% de la population active) 0,00,00,00,00,0
Balance des transactions courantes (milliards USD) 19,066,532,34-3,74-7,75
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 9,82,91,0-1,5-3,0

Source : FMI - World Economic Outlook Database, Dernières données disponibles.

Note : (E) Données estimées

 

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représente 13 % du PIB et emploie 10 % de la population active (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les principales cultures sont le blé, l'orge, l'avoine, les agrumes, les raisins de cuve, les olives, le tabac et les dattes. L'Algérie produit une grande quantité de liège et est un important éleveur. Fin 2020, le gouvernement a mis en place une feuille de route stratégique 2020-2024 pour développer les filières blé tendre, maïs, sucre et oléagineux dans le but de réduire la facture annuelle des importations alimentaires (FAO). Selon les chiffres officiels du gouvernement, la production de céréales a atteint 41 millions de quintaux lors de la campagne agricole 2021/2022, soit une augmentation de 48% par rapport à la précédente, tandis que la production de légumineuses a augmenté de 20% et celle de pommes de terre de 30%.

Le secteur secondaire représente 20,3% du PIB et emploie 30% de la population active. Le secteur pétrolier et gazier représente la majeure partie des revenus fédéraux et la quasi-totalité de ses revenus d'exportation (il représente plus de 90 % des exportations totales). L'Algérie fait partie des cinq premiers exportateurs de gaz au monde, elle se classe 16e pour les réserves de pétrole et 10e pour les réserves de gaz confirmées. Les minerais extraits en grande quantité sont le fer, le plomb, le phosphate, l'uranium, le zinc, le sel et le charbon. Les principales activités du secteur manufacturier sont la transformation industrielle des aliments, les produits textiles, les produits chimiques, les métaux et les matériaux de construction. Le secteur manufacturier représente à lui seul 26% du PIB. Les chiffres du ministère de l'Industrie montrent qu'en 2022, le secteur industriel public a enregistré un taux de croissance de plus de 8 %, principalement grâce à une augmentation des exportations d'énergie, favorisée par les sanctions de l'UE contre la Russie.

Le secteur tertiaire contribue à 44% du PIB et emploie 60% de la population active. Le secteur bancaire algérien est dominé par les banques publiques, qui souffrent de niveaux élevés de prêts improductifs aux entreprises publiques. Sur les 20 banques opérant en Algérie, six banques publiques se taillent la part du lion du marché. Avec plus de 1 600 km de côtes méditerranéennes, d'importants sites culturels et historiques et les paysages désertiques saisissants du Sahara, l'Algérie a longtemps détenu un potentiel touristique considérable. Néanmoins, le secteur ne représente toujours qu'une petite partie du PIB.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 10,3 31,0 58,6
Valeur ajoutée (en % du PIB) 11,4 42,3 42,2
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 4,0 1,7 4,1

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
49,7/100
Rang mondial :
162
Rang régional :
13



 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
4.47/10
Rang mondial :
76/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

 

Retour vers le haut

Le contexte politique

Chefs de gouvernement
Président élu : Abdelmadjid Tebboune (prise de fonction le 19 décembre 2019)
Premier Ministre : Ayman Benabderrahmane (depuis le 7 juillet 2021)
Les prochaines élections
Président : 2024
Conseil de la nation : NA
Assemblée populaire nationale : 12 juin 2026
Le contexte politique actuel
Abdelmajid Tebboune, Premier ministre de Bouteflika en 2017, est président depuis décembre 2019. Lors des élections législatives anticipées de 2021 convoquées dans le contexte de la poursuite des manifestations («Hirak») et de la réforme constitutionnelle approuvée par référendum en novembre 2020, le National Le Front de libération, parti politique dominant du pays depuis l'indépendance en 1962, a obtenu la majorité des sièges (98 sur 407) mais a perdu plus de 60 sièges ; comme pour son allié traditionnel, le Rassemblement national démocrate (58 sièges, -40 par rapport au scrutin précédent). Le Mouvement de la société pour la paix et les indépendants ont réalisé des gains significatifs, obtenant respectivement 65 et 84 sièges.
Malgré les relations diplomatiques tendues avec le Maroc, qui ont conduit à la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe, la diplomatie algérienne a été active en 2022, notamment en ce qui concerne les exportations d'hydrocarbures du pays vers l'Europe : en juillet, la compagnie pétrolière italienne Eni, l'américain Occidental et le français Total a signé un contrat de partage de production de pétrole et de gaz de 4 milliards USD avec la société publique algérienne Sonatrach. Par ailleurs, les projets de gazoduc transsaharien passant par l'Algérie, le Nigeria et le Niger ont été réaffirmés.
Les principaux partis politiques

Suite à la libéralisation de la loi électorale en 1997, des dizaines de partis politiques sont entrés dans la sphère parlementaire. Pourtant, la majeure partie du pouvoir politique est concentrée dans le Front de libération nationale (FLN) soutenu par le président.


Les principaux partis d'opposition comprennent:

  •     Mouvement de la société pour la paix (MSP) : islamisme sunnite, démocratie islamique, aligné sur les Frères musulmans internationaux
  •     Parti de la voix du peuple (PVP) : dirigé par Lamine Osmanie, ancien membre du Front national algérien
  •     Front Justice et Développement (FJD) : de droite, inspiré du Parti turc de la justice et du développement (AKP).
La nature de l'Etat
L'Algérie est une démocratie représentative constitutionnelle. Elle repose sur un régime semi-présidentiel multipartiste.
Le pouvoir exécutif
Le Président de la République est le chef de l'État. Il est directement élu au suffrage universel direct à la majorité absolue à deux tours en cas de besoin pour un mandat de 5 ans (renouvelable une fois). Il nomme le Premier ministre après consultation du parti majoritaire au Parlement et du Gouvernement sur proposition du Premier ministre. Le Premier ministre fixe le montant des dépenses et des recettes de l'État et prépare certains projets de loi.
Le pouvoir législatif
Le Parlement est bicaméral et composé du Conseil de la Nation (Majlis al-Umma) et de l'Assemblée populaire nationale (al-Majlis al-Sha'abi al-Watani). Le Conseil (chambre haute) compte 144 sièges, 96 membres sont élus indirectement au scrutin secret (2/3) et 48 sont nommés par le Président de la République (1/3). Ses membres ont un mandat de six ans et la moitié des membres est renouvelée tous les 3 ans. L'Assemblée (chambre basse) compte 407 membres directement élus par la population pour un mandat de 5 ans, dont 8 sont élus parmi les Algériens résidant à l'étranger.
 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
146/180
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7
Libertés individuelles :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Retour vers le haut

Réponse du pays au COVID-19

Restrictions de voyage
Regularly updated travel information for all countries with regards to Covid-19 related entry regulations, flight bans, test and vaccines requirements is available on TravelDoc Infopage.
To find information about the current travel regulations, including health requirements, it is also advised to consult Travel Regulations Map provided and updated on a daily basis by IATA.
Restrictions import & export
A general overview of trade restrictions which were adopted by different countries during the COVID-19 pandemic is available on the International Trade Centre's COVID-19 Temporary Trade Measures webpage.
Plan de relance économique
.kpmg/xx/en/home/insights/2020/04/algeria-government-and-institution-measures-in-response-to-covid.html">dedicated page on the KPMG website.
For updates on the key economic policy responses to the COVID-19 outbreak (fiscal, monetary and macroeconomic) undertaken by the Algerian government, please consult the country's dedicated section in the IMF’s Policy Tracker platform.

Plan de soutien aux entreprises
For an evaluation of impact of the Covid pandemic on SMEs and an inventory of country responses to foster SME resilience, refer to the OECD's SME Covid-19 Policy Responses document.
You can also consult the World Bank's Map of SME-Support Measures in Response to COVID-19.

 

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Novembre 2023